Un nouveau contexte arrive pour le forum et toutes les évolutions qui vont avez. En cas de volonté d'inscription merci de contacter le staff. A très vite...

Partagez | 
 

 Bran Cornick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Bran CornickWolf Within
Voir le profil de l'utilisateur http://wildwide.forumgratuit.org/t233-bran-cornick http://wildwide.forumgratuit.org/t266-bran-cornick


Solde : 8258

Age du personnage : 1500 ans/20 d'apparence
Grande Révélation :
  • Pour

Ton loup : Loup de taille moyenne, gris aux yeux dorés, bout de la queue blanche
Maitre/Esclave : -
Localisation : Aspen Creek
Emploi/loisirs : Marrok d'Amérique du Nord
Humeur : Grrrrrrrrrr

Avatar : Bradley Cooper
Crédits : gif will tippin et avatar google
Wolf Within

MessageSujet: Bran Cornick   Mer 15 Fév - 14:08

Bran Cornick


"I'm not a politician, I don't worry about what they think so long as they obey"



♦️ Nom; Cornick
♦️ Prénoms; Bran
♦️ Age; J'ai arrêté de compter... Mais j'ai toujours l'air d'avoir 20 ans!
♦️ Lieu & Date de naissance; Caernarfon, peu après le solstice d'été
♦️ Etat Civil; Marié à Leah Cornick
♦️ Groupe souhaité; Werewolves
♦️ Etude(s) ou Profession; Marrok, et c'est déjà assez de boulot!
♦️ Ascendance/Descendance; Deux fils, Samuel et Charles, loups-garous eux aussi
♦️ Vos pouvoirs; Télépathie partielle, peut transmettre sa pensée, sans lire celle des autres.
♦️ Ambitions; La protection et le bien-être de tous les loups-garous sous ma responsabilité. A cette fin, je prévois de révéler notre existence au monde entier.


Si tu devais te décrire tu dirais...


PHYSIQUE;

₪ Taille: 1,82m
₪ Poids: 87kg
₪ Couleur et longueur des cheveux: châtains foncés et courts (mais pas rasés)
₪ Couleur de peau: claire, j'ai la peau très fine
₪ Couleur des yeux: bleu-gris
₪ Style vestimentaire: chic sans être guindé, des vêtements de marque mais confortables
₪ Comment est votre loup: Loup de taille normale, gris avec des nuances allant du blanc au noir, une petite tache blanche sur le bout de la queue et les yeux d'or en fusion. Un vrai loup des bois, quoi!
₪ Autre chose à nous faire savoir: Il y a tant de choses que vous ignorez...


SIGNES PARTICULIERS;
₪ Allergie(s): l'argent
₪ Tatouages(s): non
₪ Cicatrice(s): Quelque-unes, dont une sous le bras droit et une autre en travers des côtes
₪ Opération(s): non
₪ Maladie(s): non plus
₪ Piercing(s): toujours pas
₪ Autre(s): non merci

CARACTÈRE;

• Protecteur: on peut dire tout le mal qu'on veut de lui, Bran a la fibre protectrice. Il est sans pitié si on s'attaque aux siens et n'hésitera pas à se mettre en danger pour sauver quelqu'un qu'il considère comme sous sa protection.
• Souriant: tenir le coup toutes ces années nécessite un bon sens de l'humour. Si on s'apitoie sur son sort, on finit par vouloir en finir, alors que rire permet de faire descendre la tension et d'apprécier le moment.
• Patient: "Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage". C'est particulièrement vrai quand on vit pendant des siècles, alors que la majorité du monde, non. Pourquoi s'énerver alors que le temps peut faire l'ouvrage à notre place?
• Attentionné: Il prend soin des siens et aime les voir contents. A cet effet, il essaie un maximum de les satisfaire, organiser de petites fêtes,... pour les amuser et les rendre heureux.
• Observateur: Bran a appris à lire les émotions, l'humeur des autres, grâce à son odorat, mais aussi au langage corporel que les autres laissent transparaître.
• Généreux: Il est prêt à donner tout ce qu'il possède pour que les siens soient heureux. A cet effet il n'hésite pas à partager l'argent que ses investissements rapportent avec d'autres meutes pour améliorer leur niveau de vie.
• Responsable: Bran, en tant que dominant sait qu'il est responsable du bien-être de ses loups mais aussi de leur comportement. Si un loup déraille, il s'occupe de l'éliminer afin d'éviter des accidents supplémentaires. C'est un sale boulot, mais il sait qu'il faut le faire.
• Fidèle: Il est fidèle à sa femme et à sa meute, à ses enfants et à tous ceux qui sont sous sa protection. A ses amis comme à ses ennemis. Il serait prêt à mourir pour eux s'il pensait que ça les aide.

• Trop sûr de lui: vivre longtemps, c'est bien, mais à force de remporter des batailles, on peut venir à penser qu'on est infaillible. Bran a parfois tendance à sous-estimer ses adversaires.
• Têtu: Être sûr de soi a des conséquences, notamment lorsqu'on essaie de vous faire changer d'avis, c'est très difficile. Mais si on change d'avis comme une girouette, on arrive jamais à rien.
• Gourmand: Bran aime les bonnes choses. C'est un aficionado du thé entre autres, et il adore le brandy.
• Manipulateur: il a appris au fil des ans à faire en sorte que le monde tourne comme il l'entend, et il sait utiliser les sentiments des gens à son avantage.
• Dominant à l'extrême: il déteste quand les gens le contredisent. D'ailleurs il ne leur en laisse pas souvent la possibilité, à part pour ses enfants, et encore.
• Dissipé: Bran à tendance à ne pas prendre certaines affaires assez sérieusement, il tourne les choses à la rigolade. cela peut parfois lui attirer des ennuis.
• Moqueur: Il a la langue facile et il aime jouer sur les mots, rire, et parfois rire des autres. Même si c'est gentiment, il peut lui arrive de blesser d'autres personnes sans le vouloir.
• Bavard: Bran aime parler. Quand il se tait trop longtemps, c'est qu'il y a un problème. Reculez, lentement, sans faire de geste brusque.

Et sinon? Tu as des choses intéressantes à nous raconter sur toi?


Samuel Cornick
Samuel est mon fils aîné, que j'ai eu quand j'étais encore humain. Il a toujours été à mes côtés, depuis le début et m'a aidé à traverser bien des épreuves. C'est grâce à lui que le Berserk ne sévit plus au Pays de Galle. Aujourd'hui, les ans lui pèsent aussi, et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour qu'il continue à vivre.
Charles Cornick
Mon fils cadet, celui qui est né loup-garou, le fils de Geai Bleu et mon bras droit. Je me repose énormément sur lui, mais c'est quelqu'un qui a la tête sur les épaules et je sais que je peux lui faire confiance. Je tuerai celui qui s'en prendra à lui.
Leah Cornick
Ma femme, la compagne de mon loup. Celle qui nous convient, le compromis qui permet de garder la Bête dans sa cage. Elle est jalouse de la place que mes fils prennent dans mon cœur, mais jamais elle ne les remplacera.
Anna Latham Cornick
Ma belle-fille et une Omega, pour mon plus grand bonheur et mon plus profond désespoir. Impossible de lui faire entendre raison, elle passe son temps à me défier ou à courir après son mari, Charles. Mais ses pouvoirs d'Omega sont trèès utiles, et effectifs, il faut le reconnaître.
Asil
Un vieux loup (presque autant que moi, si pas plus âgé, c'est dire!) venu rejoindre ma meute dans l'espoir d'une mort rapide. Jusque-là, je lui ai donné des promesses, et la présence d'Anna, qui aide à apaiser ses démons intérieurs.
Shaneah O'Neil
Une louve en détresse que j'ai adopté dans ma meute afin de lui donner une seconde chance, et de lui redonner goût à la vie. Et elle semble l'avoir saisi.
Angus Hoppe
Un alpha sur qui je peux compter. Il est intelligent et plus que capable de remplir ses fonctions. Si seulement tous les alphas pouvaient être comme lui, le monde serait meilleur.
Sage Carhardt
Une amie excellente, quelqu'un sur qui il peut compter sans réserve. Il l'apprécie beaucoup, peut-être plus qu'il ne devrait, et aurait pu l'épouser s'il n'avait eu peur d'en tomber amoureux.
Kylie Steams
Une Fae, une amie ou une ennemie puissante. Je pense pouvoir l'amadouer en lui offrant quelques babioles, afin qu'elle appuie ma décision de révéler l'existence des loups garous.
Jean Chastel
Le loup que j'ai rabroué lors d'une visite en France il y a quelques années. Un monstre contre lequel je dois protéger ma meute.
Peter Bain
Le sorcier officiel de la meute, qui a lui aussi connu des moments difficiles, mais il semble s'en être un peu remis.
Désirée Thornstorn
Ma filleule, une humaine qui a une enfance difficile et qui semble avoir des difficultés pour l'instant, mais je ne sais pas trop comment m'y prendre pour l'aider si elle ne demande pas d'aide.


D'où viens-tu? Où et comment as-tu grandis? Des choses marquantes durant ton enfance?


Il y a longtemps, l’Ile des Forts a vu naître celui qui deviendrait le Marrok. Cette île, que vous appelez aujourd’hui Angleterre, n’a pas toujours été unie. Fut un temps, cette terre était divisée en petits royaumes de quelques miles carrées où régnaient des rois Celtes, des guerriers qui ne gagnaient pas ce droit par hérédité mais par la force et le courage. C’est à l’ouest de cette terre que je naquis, dans un petit village à proximité de Caernavon, au Pays de Galle. Ma famille avait une tradition de sorciers, et j'héritai de ce don moi aussi. Ma mère était la sorcière du village et mon père... Je ne l’ai jamais connu. Ma famille était redoutée dans toute la région à cause de la puissance (et de la réputation) de la sorcière. En effet, si elle était si puissante, c’est qu’elle pratiquait la magie noire, la magie du sang et de la mort. De plus, elle pouvait lire dans les esprits. Il fallait toujours faire attention à ce qu’on pensait quand on l’approchait, sinon, elle trouvait toujours un moyen de retourner cela contre vous. Et elle adorait le faire.

Cette période de ma vie humaine fut régie par des corvées sans fin, couper du bois, quérir des herbes, capturer des animaux, … Et la tyrannie sans fin de ma mère. Imaginez vivre avec quelqu’un qui ait accès à vos pensées chaque heure de la journée, que vous soyez à ses côté ou bien à deux heures de marche… Non, mieux vaut ne pas penser à cette époque…

Comment c'est passé ton adolescence? La puberté et tous ses changements? La libido qui se réveille? La naissance et/ou la découverte de ce que tu es, si c'est le cas? Étais-tu un ado difficile? Croquais-tu la vie à pleine dent? Et la sexualité dans tout ça? Tes rapports avec l'autre sexe? ...


J'ai fini par devenir un homme, un chasseur respecté du village. J'étais parvenu à tuer un douze cors, un cerf adulte à la ramure impressionnante avec seulement un couteau de bronze. Je m’étais perché à l’affut dans un arbre à proximité d’un point d’eau et quand l’animal est venu boire, j'ai sauté sur son dos et l’ai égorgé le plus rapidement possible. Je suis revenu triomphant au village, et le sage m'avait prédit un grand avenir. Sur le moment, je l'ai cru, puis ma mère m’a rappelé à l’ordre, a réclamé le trophée pour ses potions, puis m'a envoyé ramasser plus de bois, car maintenant j'étais un homme et pouvais donc travailler deux fois plus.

Quand j'ai eu seize ans, j'ai rencontré Mary, une jeune femme aux cheveux châtains, aux yeux gris et à la voix magnifique. Ma mère consentit à ce que je l’épouse, à cause de la dot assez élevée qu’elle allait apporter. C’est elle qui m'apprit le plaisir de la musique et du chant. Hors du foyer de ma mère, je pus vivre une vie un peu plus normale et plus agréable. Quand j’eus atteint mes vingt ans, Mary donna naissance à un fils, qu’on prénomma Samuel, en hommage au prêtre qui était venu répandre la Bonne Nouvelle dans cet endroit jusque-là oublié de tous. Le prêtre baptisa le garçon et m’aida à tenir la sorcière à distance, m'apprenant aussi à lire et à écrire le latin. J'ai absorbé toutes les connaissances que je pouvais, espérant un jour quitter l’endroit avec ma famille et m’installer ailleurs, hors des griffes de ma mère. Hélas, cela ne dura qu’un temps… L’ombre de la sorcière planait toujours sur le village et elle s’était étendue sur le prêtre qui mourut d’on ne sait quoi. Un empoisonnement, vraisemblablement. Avec la mort du prêtre vint la naissance de la Bête.

Parlons un peu de ta vie d'adulte à présent? As-tu fais des études? As-tu une profession? Si oui pourquoi ce choix ? As-tu connu des tournants dans ton existence?


Peu après l’enterrement du Père Samuel, les sorts de ma mère prirent en puissance. Elle était à présent la sorcière la plus puissante du Pays de Galles et comptait bien devenir celle qui règnerait sur l’Ile toute entière. Son ego n’avait d’égal que sa soif de pouvoir. Elle tenait le village à ses ordres et personne n’osait protester, même le chef, qui allait guerroyer là où la Dame Noire voyait un ennemi. Bientôt, elle ne se contenta plus d’humains pour ses expériences. Elle m’envoya à la recherche de spécimens sur lesquels elle pourrait s’exercer : autres sorciers, loup-garou,… Malgré mon dégoût pour la sorcellerie, elle m’obligea à obtempérer, menaçant Mary et Samuel de mort, ou pire si je n’obéissais pas. Si j’avais su ce qu’elle préparait, peut-être l’aurais-je laissé nous tuer tous trois. Mais à l’époque, je ne connaissais pas encore la complète noirceur de son âme. Et malgré tout, c’était ma mère. Au fil des mois, le petit Samuel grandit et devint un jeune garçon plein de vie, curieux de tout, et qui faisait de son mieux pour faire comme son papa. Il était ma joie et ma fierté, il l’est toujours, d’ailleurs. Il adorait chanter avec sa maman adorée et son papa, qui faisait de son mieux pour suivre la voix claire et pure de Mary. Je n’avais pas encore appris à utiliser ma voix correctement, mais je faisais de mon mieux.

Les saisons passèrent et les années aussi. C’était l’automne de l’année de mes vingt-cinq ans. Samuel avait maintenant cinq ans. Cette nuit-là c’était Samonios, All Hallow’s Eve, la nuit où, à l’heure actuelle, les enfants portent des costumes et menacent les adultes de leur jouer des mauvais tours. A l’époque, c’était un jour très important, et la magie pratiquée cette nuit-là était des plus puissantes. Elle parvint, Bran ne savait trop comment, à se lier à un loup-garou, et à l’obliger à obéir. La pauvre créature fut forcée de jouer à aller chercher le bâton qu’elle lui lançait, chaque fois que des visiteurs venaient à la demeure de la sorcière. Et c’était sans compter les nuits où on pouvait entendre des hurlements, homme ou animal, qui s’élevaient en crescendo des heures durant. La pitié était le sentiment principal qui m’animait en le voyant, mais je savais que mettre fin à ses souffrances ne serait pas aisé, et, si je ne parvenais pas à le faire avant que la sorcière ne se rende compte de ce qui se passait, les conséquences pour ma famille seraient terribles. Et la bête n’était pas sans défenses. Malheureusement pour moi, elle l’apprit et, dans les semaines qui suivirent, Mary dépérit puis finit par mourir, sans que l’on en connaisse vraiment la cause. Oh, la cause c’était un sort, mais quelle maladie ou quel sort elle lui avait jeté, cela restait un mystère. Et sans connaissance du sort, impossible de le contrer, même si j’avais su comment m’y prendre. Sa voix s’éteint à jamais par un soir d’été, et Samuel se trouva orphelin de mère. Quant à moi, je reportai ma haine sur la responsable, et envisageai sérieusement de l’éliminer. Mais il fallait que Samuel soit protégé, et toute tentative de ma part aurait risqué de mettre sa vie en danger.

Je restai donc sans agir, continuant mes tâches pour la sorcière, en espérant qu’elle nous oublie, moi et Samuel. C’était un beau rêve. Et les tortures continuaient, sans relâche. Le loup-garou qu’elle avait emprisonné s’affaiblissait de jour en jour, mais il tenait toujours le coup. Elle avait commencé à le découper en morceau à l’aide d’un couteau d’argent, cadeau d’un clan voisin pour éviter de s’attirer ses foudres. Elle utilisait la viande et le sang de la bête pour ses potions, qui gagnèrent encore en puissance. Au bout d’un temps, un mois, un an, je ne sais plus, il a fini par mourir. Et elle me renvoya chasser un autre loup-garou. Des jours de traque et un combat difficile. Mais au final, je l’ai eu. Et les cris ont à nouveau retenti dans la nuit. Ce cycle s’est reproduit plusieurs fois d’affilée. Je perfectionnai ma technique de chasse, et finis toujours par être victorieux. Pendant ce temps, la vie continuait, mon fils fit sa première chasse et devint un homme. Il trouva une jeune femme charmante, et ils eurent un fils. Malheureusement, le bébé ne survécut pas à une épidémie de rougeole. Et la sorcière perfectionnait son art. Ses sujets d’étude vivaient plus longtemps, mais ils finissaient toujours par mourir.

Au bout d’un temps, je me rendis compte qu’elle nous regardait étrangement, Samuel et moi. Elle parlait de sang plus souvent qu’à l’accoutumée. En pensées ou en paroles. Et puis, un soir, vint l’attaque. Nous étions en visite chez elle, Samuel et moi. Je lui avais demandé d’achever le loup, la pauvre bête n’en avait plus pur longtemps manifestement, elle s’emporta et lança le loup sur moi et Samuel. Je me souviens encore du regard qu’il avait, doré, et fou de douleur, et qui n’avait d’autre choix que d’attaquer. La bataille fut brève, car même s’il était blessé, il restait toujours un adversaire plus que coriace et en quelques minutes je gisais au sol, me vidant de mon sang et les intestins à l’air libre. J’avais tout de même réussi à lui trancher la carotide avant de mourir. Car je pensais que j’allais mourir. Heureusement, les souvenirs de la douleur s’effacent avec le temps.

Et ce fut notre tour de jouer les chiens obéissants. Rien que d’y penser, j’ai le poil qui se hérisse. Sorcière. La pire créature que la terre ait porté. Je préfère ne pas parler de ce qu’elle nous a infligé pour parvenir à nous faire obéir. Suffit de dire que c’était agonisant. Et toujours sa présence dans ma tête. Elle m’interdisait de communiquer avec qui que ce soit d’autre qu’elle, en paroles ou en pensées. Et elle s’amusait de la douleur des transformations, ou, quand elle la jugeait insuffisante y ajoutait son fameux couteau, canalisant la douleur qu’elle générait et l’utilisant à ses propres fins. Obtenir plus de puissance. Et elle y était parvenue. Les liens du sang et de la magie qui nous unissaient lui permirent de devenir pratiquement immortelle. Elle pouvait voir à travers leurs yeux. Ses mouvements étaient plus félins, rapides et dénoués, elle avait gagné du loup-garou en elle. Elle nous contrôlait complètement. Du moins, la partie humaine de nous-même. Mais la parte loup avait du mal à accepter la domination de cette femme, qui n’avait gagné aucune bataille physique et avait usé de magie pour régner. La maîtrise de deux loups garous lui permit de devenir la première sorcière de l’Ile toute entière. Elle était renommée et crainte et rien au monde ne comptait plus que ce sentiment de puissance.

Je ne sais combien de temps dura sa tyrannie, mais un jour, elle a dû se dire que Samuel mort, elle pourrait récupérer sa force. Ou bien elle voulait voir l’effet qu’aurait sur moi l’ordre de tuer mon fils. Elle n’aurait pas dû. Se battre quand on a que soi à protéger c’est une chose, mais quel parent digne de ce nom ne mourrait pas pour sauver la vie de son enfant ? Chez les loups, les adultes protègent aussi leurs petits. Et le loup en moi ne pouvait pas laisser faire ça. On a tous des limites, et elle avait poussé trop loin. D’un coup, Il prit le contrôle. Une colère froide, une rage calculée. Je ne sais où commençait l’humain et où finissait le loup, seulement qu’ensemble nous formions le guerrier parfait. Sans peur, sans pitié, sans émotion aucune. Une rage qui décuplait nos forces. Une machine de guerre prête à tuer tous ceux qui tenteraient de résister. La sorcière tenta de nous arrêter, utilisant toute la puissance qu’elle pouvait, sa télépathie, ses symboles, son couteau, rien n’y fit. J’eu l’immense satisfaction de sentir ses os se briser sous mes mâchoires et le sang couler sur ma langue. Au dernier moment, les liens qui me reliaient à elle furent rompus et comme des élastiques me revinrent en pleine figure. J’étais maintenant seul dans ma tête, et je ne pouvais avoir accès à l’esprit des autres. Mais nous ne nous en soucions pas, la sorcière était morte et elle nous offrait un banquet de choix. Plus tard, Samuel m’a dit que je l’avais déchiquetée en morceaux avant de la dévorer. Je ne m’en souviens pas. Ce dont je me souviens par contre, c’est des villageois qui avaient accouru aux cris de la morte. Tous sont morts, jeunes, vieux, guerriers, femmes, enfants. La colère accumulée au fil des ans avait fini par sortir. Et une seule mort n’aurait su la contenter. Toute créature s’approchant un peu trop près faisait les frais de notre colère. Je décimai des villages entiers, ma soif de sang était trop forte. Nous trouvâmes une tanière au cœur de la forêt et personne n’osait y pénétrer. Ceux qui essayaient ne vivaient jamais assez longtemps pour raconter leurs exploits. Chasseurs, chevaliers, humains, loups garous, nombreux furent ceux qui essayèrent de venir à bout de la bête. Berserk, ils m’appelèrent, mais pour beaucoup j’étais simplement la Mort.

Au fil des ans, Samuel m’aida à reprendre contrôle de moi-même, et après une génération environ, je réussis à enfermer ma rage dans un coin de mon esprit, et j’étais à nouveau maître de moi-même. Après cette période d’isolement, nous sortîmes de la forêt et commencèrent à voyager sous guise de harpistes et conteurs. La musique m’apaisait et m’apaise toujours d’ailleurs. Je prends toujours plaisir à jouer d’un instrument, violon, harpe, bodhran ou à chanter. Je réappris à parler dans les esprits d’autres personnes, mais j’ai perdu à tout jamais la faculté de lire leurs pensées. Une bénédiction. Lire les pensées d’autrui est fatiguant et pas toujours agréable.

Nous avons franchi la Digue d’Offa, puis parcouru l’Ile de long en large, du nord au sud. Les conteurs étaient toujours bienvenus à l’époque. Puis, nous avons traversé la Manche et visité le vieux continent, rencontrant parfois certains de nos semblables, mais restant toujours solitaires. Les années passaient et nous ne changions pas, les envahisseurs succédaient aux envahisseurs dans le pays. Saxons, Vikings, Normands… Les guerriers se couvrirent de plaques d’acier pour combattre, puis inventèrent des canons pour pouvoir continuer à s’entretuer. Les hommes quittèrent la campagne, se regroupant en villes, espérant la protection de seigneurs plus ou moins puissants. Le salpêtre, mélangé à du charbon et du souffre permettait de produire de la poudre noire. La terre était ronde et elle tournait. Les humains prièrent lors de l’épidémie de peste qui ravagea l’Europe. Pleurèrent lors de l’incendie de la ville de Londres, comme si la fin du monde était à leurs portes. Leurs espoirs, leurs rêves et leurs peurs devinrent les trames des histoires que nous contions. Ils élevèrent des rois, pour les abattre quelques siècles plus tard. Et leur passion, leur façon de mordre la vie à pleine dents et leur besoin de mouvement m’impressionnent toujours autant aujourd’hui. Je les admire.

Une de leurs inventions les plus meurtrières, à part pour la bombe atomique a été le fusil. De silex, un seul coup, avec une portée et une précision minimales, ils sont devenus des engins de mort pire que tout ce qu’ils avaient jusque-là trouvé pour se combattre. Et pendant ce temps, toujours nous cheminions à travers l’Europe. Conteurs, chasseurs ou journaliers à nos heures, survivre n’était pas très difficile. Jusqu’en 1766. J’avais entendu parler d’un monstre qui terrorisait la France toute entière. Cette bête me rappelait étrangement celui que j’avais été bien longtemps auparavant et je me décidai à l’arrêter. Si j’en étais sorti, il le pouvait aussi. Mais la Bête que je trouvai dans les forêts du Gévaudan était très fière d’être ce qu’elle était. Ce chiot d’à peine quelques années se constituait en maître de la région et adorait y faire régner la terreur. Mais les années m’ont appris une chose : si les hommes apprennent ce que nous sommes, ils n’hésiteront pas à arrêter leurs querelles, et s’unir contre nous. C’est pourquoi je pris des mesures et allai confronter ce loup garou de pacotille. Jean Chastel, c’était son nom, ne put rien faire contre moi et je le forçai à tempérer ses ardeurs. Il m’en tient toujours rigueur aujourd’hui, je suppose. Mais il n’est pas de taille face au Berserk. J’ai mis fin au massacre d’innocents, et c’est tout ce qui compte.

Mais cette lutte pour la domination avait éveillé en moi un instinct que j’avais jusqu’alors ignoré. L’instinct de meute. Le besoin de protéger et de soumettre. Avoir de la compagnie, des gens qui vous font confiance et qui vous aident à arriver à un but commun. Et je sus que je ne pouvais y résister. Mais aucune meute du continent et encore moins des îles ne voulait m’accepter. Ils avaient peur. Même si nombre de ceux qui avaient vécu pour connaître le Berserk étaient morts, la légende avait la vie dure. Et je continuai donc ma route en solitaire, un temps encore. Les routes vers les Amériques s’étaient ouvertes et nombre d’Irlandais, d’Anglais, et de Français es firent la course pour s’en approprier les richesses inexploitées.

Après avoir parcouru l’Europe pendant si longtemps, il me fallait un changement d’air, un renouveau dans mes histoires et un lieu vierge de toute présence humaine attirait toute l’attention du loup en moi. Les Français venaient de suivre l’exemple des Anglais et avaient décapité leur monarque. Une soif de sang sans fin courait dans les veines de tous les peuples d’Europe. Je m’embarquai donc pour Boston en 1792. Le voyage fut long mais sans encombre, et le mal de mer que j’avais se dissipa complètement quand je vis les rivages de cette terre sans fin. Et je sus que je pourrais y vivre en paix et heureux. Je m’installai comme trappeur et explorai toujours plus à l’ouest, jusqu’à la barrière des Rocheuses. Pour vous, elles n’ont peut-être plus rien d’impressionnant aujourd’hui. Hop, un avion et en deux heures elles sont franchies. Mais le faire à pied dans le froid et l’altitude est une autre paire de manches. Ces quelques heures se muent en semaines ou en mois si peu que la neige vienne à tomber. Mais j’avais trouvé un chez moi. Le vent dans les branches, les oiseaux. Le froid, si intense qu’il impose le silence à tout et à tous. Une quiétude qui s’installe au plus profond de vous. Une nature qui avait disparu du Vieux Continent depuis des siècles. Ici, les hommes baissaient la tête en hommage quand ils contemplaient les montagnes, leur présence était à ce point imposante.

Mais Mère Nature n’est pas la seule chose qui m’ait fait apprécier la contrée qui deviendrait plus tard le Montana. Voici donc ce qui s’est passé. Je trappais des castors à proximité d’une rivière quand j’entendis un cri humain et le beuglement d’un élan, puis plus rien. Intrigué, j’allai voir ce qui s’était produit et je découvris une jeune Indienne qui baignait dans son sang, un panier plein de baies et d’herbes à ses côtés. Elle était si belle que je ne pus résister. Elle allait mourir de toute façon. Je la mordis et espérai que la transformation se ferait sans qu’elle en meure. Et j’eu l’heureuse surprise de la voir continuer à vivre. Je ne parlais pas sa langue, ni elle la mienne, mais je pense qu’elle m’apprécia tout de suite aussi. Elle avait de longs cheveux noirs, des yeux bruns liquides dans lesquels je pouvais me noyer à tout instant et la peau plus douce que peau de chamois. Le loup en moi se réjouissait d’avoir trouvé une compagne acceptante, pleine de vie et de bonne humeur. Quelqu’un avec qui fonder une meute. Elle m’introduisit auprès de son peuple, les Indiens Salish, son père, le magicien du village accepta de nous unir officiellement. Nous étions déjà unis de cœur. Geai Bleu, c’était son nom, m’apprit leur langue, leurs coutumes, je lui chantai des ballades et lui contai un monde qui était si différent du sien.

Notre bonheur dura quelques années, une période bien trop courte, eut-elle duré cinq siècles, qu’elle aurait encore été trop brève. Geai Bleu tomba enceinte d’un fils, mais la malédiction des loups garous pesait sur elle et à chaque pleine lune le besoin de se transformer se faisait sentir. Les fœtus ne survivent pas à la douleur du changement. Mais Geai Bleu était dotée d’une volonté de fer, que je retrouve encore aujourd’hui dans son fils, Charles, et décida que son bébé devait vivre. Elle demanda l’aide de son père et à eux deux, ils parvinrent à éviter qu’elle se transforme. Une lune. Deux lunes. Trois lunes. Elle s’affaiblissait de mois en mois, et tous les arguments que je pouvais utiliser glissaient sur elle comme l’eau sur une toile cirée. J’allai voir son père. Qui disait vouloir respecter son choix. Il pensait qu’elle était capable de tenir le coup. Elle était forte, ma Geai Bleu, une femme et une louve admirables, capables de tenir tête à n’importe qui quand l’envie lui prenait. Mais au bout de la neuvième lune, elle qui avait été si forte était affaiblie par sa longue lutte. Et donner naissance à notre fils fut plus qu’elle ne pouvait supporter. Le petit, mon fils, a pu voir le jour grâce à sa détermination. Je tentai de la garder auprès de moi, mon esprit s’accrochant au lien qui nous unissait, tentant de la retenir. Mais ce fut peine perdue Le lien se rompit et son esprit alla rejoindre tous ceux qui avaient foulé la Terre avant elle. Ce jour-là, j’ai perdu une partie de moi. La compagne révérée du loup en moi avait disparu. Mon chagrin fut si profond, que la Bête faillit bien sortir de sa cage. Je ne la retins qu’avec le bout des ongles, aidé par Samuel et l’enfant, que je prénommai Charles. Elle avait été mon monde, mon univers, la barrière qui permettait au Berserk de ne pas entrer en rage, et elle avait disparu. C’est à ce moment que je réalisai qu’il ne fallait pas que je retombe à nouveau amoureux, si cela avait été possible un jour. Le chagrin que cause la perte d’un être cher a le pouvoir de réveiller le Monstre. Et ce pays, ce peuple, étaient devenus ma famille et ma patrie. Je ne pouvais me permettre de les détruire, ou bien je perdrais mon âme à jamais. Mes fils devinrent ma raison, ma vie. Je me souviens des hivers où la neige recouvrait tout, nous étions au chaud dans notre maison, près du feu, et je jouais du violon pour Charles, alors que Samuel chantait. Ces moments de paix m’aident à traverser les épreuves d’une si longue vie.

Suite à la disparition de Geai Bleu, je décidai de me constituer une meute. Je recueillis ou dominai quelques loups de la région, et c’est ainsi que commença le refuge d’Aspen Creek. Devenir alpha d’une meute m’a permis de satisfaire mon besoin de dominance et de protection, et de fil en aiguille, plusieurs meutes vinrent se mettre sous ma protection, jusqu’à ce que je devienne le Marrok. Aujourd’hui, il m’arrive encore de rêver du temps où le Berserk régnait. Je ne regrette pas d’avoir tué la sorcière, mais les centaines d’innocents qui périrent hantent toujours mes nuits de leurs cris. Je le tiens enfermé dans un coin de mon esprit, aidé par le savoir de la responsabilité d’avoir à protéger mes loups et par le lien que j’ai formé avec Leah, qui satisfait mon besoin d’une compagne. Leah est égoïste, parfois stupide et vaniteuse, mais si je venais à la perdre comme j’ai perdu Geai Bleu, cela ne déclencherait pas l’évasion du Berserk. Comment je le sais ? Parce que je n’aime pas Leah. Je l’ai choisie comme compagne pour cette raison. Cela peut vous sembler étrange, mais perdre Geai Bleu a failli me coûter plus que ce que je ne suis prêt à payer, et Leah me suffit. L’amour est dangereux, il peut libérer la Bête. Avec elle, je peux être sûr que cela ne se produira pas.

Tant de temps a passé depuis ma première pleine lune. Ceux qui ont eux aussi connu cette époque se comptent sur les doigts d’une main. Penser au passé ne sert à rien, il faut aller de l’avant, se créer de nouveaux souvenirs, pour éviter de se noyer dans ce qui n’est plus. S’occuper, trouver la force de s’intéresser à la vie. Mes fils m’aident à supporter le poids des ans et le lent grincement de la roue du temps, elle qui nous écrasera tous un jour ou l’autre. Comme il est écrit sur ce clocher à Florence, en Italie, « toutes blessent, la dernière tue ». Pour certains, les heures sont plus longues que pour d’autres. En attendant, il faut profiter de ce que la vie nous offre, les petits plaisirs de tous les jours. Un brandy de qualité, le sourire d’un enfant, une course sous la lune, la confiance des membres de ma meute, toutes ces petites choses qui font que la vie vaut la peine de continuer. Et ces humains, ces loups, valent tous la peine d’être protégés. Quel qu’en soit le prix.

Aujourd’hui, le monde a changé. L’arrivée de l’électronique, d’internet, ont permis de révéler au gouvernement l’existence de notre espèce. Et ces humains profitent de leur savoir pour faire chanter ceux dont ils connaissent l’identité. Quand ils ne décident pas tout simplement de les abattre. Je ne peux permettre cela. C’est une atteinte à mon autorité, une brèche dans ma protection. Mais j’ai trouvé la solution. Si le monde apprend que nous existons depuis des années, que nous vivons des vies presque normales et que nous ne sommes pas des bêtes enragées, ils n’auront plus de levier pour faire pression sur nous. Aspen Creek en est la preuve vivante. Et dans un monde où les jeunes sont fanatiques du Monde des Ténèbres et se font greffer de fausses dents pour se faire passer pour des monstres, cette révélation devrait se faire sans accroc.

Venons-en à Aspen Creek à présent? Qu'est-ce qui t'amène ici, si tu n'y as pas grandis? Quel rôle y joues-tu? Pourquoi Aspen Creek a-t-elle besoin de toi? Qu'attends-tu des prochains mois?


Aspen Creek est mon foyer. Il l’a été depuis que j’ai rencontré un Geai Bleu qui cueillait des baies le long de la rivière. Ce lieu est ce qui me permet de continuer, c’est mon paradis, mon havre de paix, le territoire de ma meute, une des choses à laquelle je tiens le plus. Je suis le Marrok de l’endroit, c’est ma capitale, une petite ville dont je suis fier comme Artaban. Dans ce lieu cohabitent les humains et les loups, en toute connaissance de cause. C’est mon espoir que de voir la même paix régner partout en Amérique et même dans le monde. Un peu utopique, n’est-ce pas ? Certes, il y aura toujours de la discrimination, du racisme ; après tout, même les Noirs le subissent toujours, alors qu’ils sont humains, mais je pense sincèrement qu’un compromis peut être atteint sans effusion de sang.

D'autres choses à nous faire savoir ? Sur tes capacités? Sur ta vie? Sur ton environnement? Un secret peut-être que nul n'est censé connaître?


Pour ceux qui désireraient subir le Changement, voici quelques informations, les choses que vous devez savoir avant de faire le pas.

JE suis le Marrok. Si vous devenez un des nôtres, vous devrez m’obéir et respecter nos lois. Les voici :

Nul ne doit être Changé contre sa volonté. Nul ne doit être Changé avant d’avoir passé les tests, et avant d’avoir été conseillé par un alpha. Il faut être pleinement conscient des conséquences du Changement (stérilité pour les femelles, certitude de voir mourir ses proches alors qu’on continue à vivre, notamment) pour pouvoir prendre cette lourde décision. Sachez aussi que si n’arrivez pas à vous maîtriser, à cohabiter avec votre côté loup et à maîtriser vos pulsions, je m’occuperai de vous éliminer. Hors de question d’avoir un loup enragé sur mes terres. Les humains ne sont pas du gibier. On les laisse tranquille, sauf en cas d’attaque grave de leur part.

Pour les alphas présents, je veux une liste complète et à jour de vs membres, et vous devez me signaler tout nouveau loup, ou tout décès. N’hésitez pas à me contacter en cas de problème. Vous avez tous mon numéro. Si Charles vient vous trouver avec une question, obéissez-lui comme à moi, car c’est moi qui l’envoie et il me représente. Si j’apprends qu’on l’a offensé, il vous en coûtera.

Tout loup dans une meute peut s’attendre à devoir verser jusqu’à dix pour cent de ses revenus pour la meute, afin de créer des refuges ou pour servir de réserve en cas de besoin. Les exigences ne sont pas toutes les mêmes selon le territoire occupé par une meute. Mais chaque alpha doit veiller au bien-être de TOUS ses membres. Encore une fois, en cas de problème, n’hésitez pas à me contacter, que vous soyez soumis, dominant ou alpha. Je ne vous laisserai pas tomber.


Allez encore quelques petites questions?





¤ Mer ou Montagne? Montagne
¤ Les enfants c'est mes biens les plus précieux
¤ Quelle couleur? bleu
¤ Un moyen de locomotion? Voiture
¤ Une arme? Un sourire
¤ Le courage c'est tenir le coup, envers et contre tout
¤ Bien ou mal? Bien
¤ La gentillesse, la compassion c'est un rêve
¤ Sucré ou salé? salé
¤ La hiérarchie pour toi c'est bien, tant qu'on la respecte
¤ Fidèle ou infidèle? fidèle
¤ La rancune pour toi c'est inutile, ils meurent tous avant moi
¤ Hommes ou femmes? femmes
¤ Le sexe pour toi c'est une façon de satisfaire la Bête
¤ La religion pour toi c'est une part de moi
¤ Plantes ou animaux? animaux
¤ Tension ou passion? tension
¤ L’honnêteté c'est... primordial
¤ Seul ou accompagné? accompagné, autant que faire se peut
¤ La confiance pour toi c'est quelque chose qui vint d'instinct
¤ Le jour ou la nuit? le jour
¤ L'amour c'est douloureux
¤ Juge, jury ou bourreau? juge et jury
¤ Le surnaturel c'est ma vie et ce pour quoi je me bats
¤ Humain, Loup, Vampire? Loup, quoi d'autre?
¤ Le mot de la fin? Bientôt nous serons libres


₪ Prénom ou Pseudo; Tiny ou P'tit Homme des Cavernes
₪ Âge; 28
₪ D'où viens-tu?; des forêts d' Ardenne
₪ Que penses-tu du forum? Il donne envie de s’inscrire! Very Happy
₪ Que penses-tu du design ? magnifique! Rien à redire
₪ Comment as-tu atterri ici? via les topsites
₪ Double compte? (cf.règlement) non
₪ Votre avatar? Bradley Cooper
₪ Briggs et moi? ce forum m'a donné l'envie de découvrir son œuvre... Et voilà!
₪ Autre chose à ajouter? Bonne continuation! Joli travail de recherche!
₪ As-tu signé le règlement ?
Spoiler:
 
₪ Que faire de moi?
Spoiler:
 
₪ Voulez-vous être parrainé? Ça ne peut pas faire de tort
₪ LE CODE DU REGLEMENT;



Dernière édition par Bran Cornick le Mer 22 Fév - 12:15, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Mer 15 Fév - 14:09

    Pour bien commencer


    Avatar 200*320 tu mettras...
    Remplir tous les champs tu devras...
    Surveiller ton orthographe tu feras...
    Avoir lu et compris le règlement tu auras...
    Rester crédible tu devras...
    A faire appel au staff tu n'hésiteras pas...
    T'amuser tu ne manqueras pas...


    Bon jeu et bon courage à toi...

Bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuuue ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Mer 15 Fév - 14:11

Bienvenuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuue vieil ami poilu. <3

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Shaneah A. O'NeilIl n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage.
Voir le profil de l'utilisateur http://wildwide.forumgratuit.org/t77-shaneah-aurora-ivanesca-o-neil http://wildwide.forumgratuit.org/t118-shaneah-ivanesca-o-neil


Solde : 4427

Age du personnage : 21 ans / 97 ans
Grande Révélation :
  • Neutre

Ton loup : Thémis est de taille imposante, même pour une garou, son pelage est d'un noir mate sans une once de blanc et ses prunelles d'or liquide.
Maitre/Esclave : Demandez à Victor
Localisation : Aspen Creek
Emploi/loisirs : Libraire
Humeur : Sybilline

Avatar : Nina Dobrev
Crédits : Bazzart+ Google
Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage.

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Mer 15 Fév - 14:13

Brannnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn love n'hésite surtout pas en cas de besoin **


Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Mer 15 Fév - 14:14

Tiens tiens tiens :p Mon beau-père qui se présente ici bas :p. J'ai hâte de pouvoir rp avec vous Bran Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Mer 15 Fév - 14:20

Bienvenue Monsieur le Marrok ! :314: *part se cacher derrière Victor"
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Mer 15 Fév - 15:16

*Regarde le vampire courir se cacher*

Oo

*Regarde Angus....*

Je peux lui souhaiter la bienvenue chez lui tu crois ?

Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Mer 15 Fév - 15:47

Oh, le grand mé... Gentil loup Shocked
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Mer 15 Fév - 17:13

Bienvenue chez vous, cher Bran ! :cowboy:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Mer 15 Fév - 17:45

Welcome Ô grand manitou allegeance
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Mer 15 Fév - 18:19

Mon parrain :hate: Bon courage pour ta fiche ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Mer 15 Fév - 19:21

Destiny H. Winters a écrit:
*Regarde le vampire courir se cacher*

Oo

*Regarde Angus....*

Je peux lui souhaiter la bienvenue chez lui tu crois ?

Embarassed

Bien sur mon ange... Bran et moi on est ... copain jusqu'à la mort.

*En espérant que ce soit pas pour demain* Shocked
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Mer 15 Fév - 19:41

Drustan McCoy a écrit:
Bienvenue Monsieur le Marrok ! :314: *part se cacher derrière Victor"

*Va faire pareil juste au cas où*

Benvenue ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Mer 15 Fév - 20:17

Angus Hopper a écrit:


Bien sur mon ange... Bran et moi on est ... copain jusqu'à la mort.

*En espérant que ce soit pas pour demain* Shocked

Euuuuuuuuuh! J'ai le droit de répondre ou non? Laughing

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Mer 15 Fév - 20:28

Bienvenue Chef ^^

Je pense que la liste des sujets se rallonge déjà ^^

Au plaisir de RP avec toi :924:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bran CornickWolf Within
Voir le profil de l'utilisateur http://wildwide.forumgratuit.org/t233-bran-cornick http://wildwide.forumgratuit.org/t266-bran-cornick


Solde : 8258

Age du personnage : 1500 ans/20 d'apparence
Grande Révélation :
  • Pour

Ton loup : Loup de taille moyenne, gris aux yeux dorés, bout de la queue blanche
Maitre/Esclave : -
Localisation : Aspen Creek
Emploi/loisirs : Marrok d'Amérique du Nord
Humeur : Grrrrrrrrrr

Avatar : Bradley Cooper
Crédits : gif will tippin et avatar google
Wolf Within

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Mer 15 Fév - 21:33

Bonjour et merci à tous! Bienvenue chez moi! (Ca fait bizarre de dire ça) Very Happy

Je fais si peur que ça? Faut pas avoir peur, il faut juste être gentil et obéissant et tout se passera bien! Merci pour l'accueil!



Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Mer 15 Fév - 22:02

Bienvenue à toi sur le forum! =D J'espère que tu t'y plairas.

Au plaisir de RP avec toi. =)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Ven 17 Fév - 20:49

Braaaaaaaaaaaaaaaannnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn :887: 70

Bienvenuuuuue et hâte de te lire love
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Ven 17 Fév - 21:25

*regarde tout le petit monde qui se cache derrière lui et secoue la tête, dépité*

Tout ça pour une boule de poils...

Ahem.

Bienvenue à toi, j'ai hâte de te voir parmi nous !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bran CornickWolf Within
Voir le profil de l'utilisateur http://wildwide.forumgratuit.org/t233-bran-cornick http://wildwide.forumgratuit.org/t266-bran-cornick


Solde : 8258

Age du personnage : 1500 ans/20 d'apparence
Grande Révélation :
  • Pour

Ton loup : Loup de taille moyenne, gris aux yeux dorés, bout de la queue blanche
Maitre/Esclave : -
Localisation : Aspen Creek
Emploi/loisirs : Marrok d'Amérique du Nord
Humeur : Grrrrrrrrrr

Avatar : Bradley Cooper
Crédits : gif will tippin et avatar google
Wolf Within

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Sam 18 Fév - 17:09

Merci à tous pour l'accueil... *regarde Victor avec un joli sourire plein de dents*... chaleureux!

Écriture du background en cours... 27%



Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Sam 18 Fév - 17:55

*Prépare plein d'avatar de Bradley* Very Happy
Hâte de lire ta fiche Mister Marrok !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Dim 19 Fév - 16:52

Bienvenue parmi nous !!!!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Bran CornickWolf Within
Voir le profil de l'utilisateur http://wildwide.forumgratuit.org/t233-bran-cornick http://wildwide.forumgratuit.org/t266-bran-cornick


Solde : 8258

Age du personnage : 1500 ans/20 d'apparence
Grande Révélation :
  • Pour

Ton loup : Loup de taille moyenne, gris aux yeux dorés, bout de la queue blanche
Maitre/Esclave : -
Localisation : Aspen Creek
Emploi/loisirs : Marrok d'Amérique du Nord
Humeur : Grrrrrrrrrr

Avatar : Bradley Cooper
Crédits : gif will tippin et avatar google
Wolf Within

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Mar 21 Fév - 9:55

Merci!

La fiche avance, il ne reste "que" les 200 dernières années à décrire... Donc, encore une ou deux pages de plus... Je n'arrive pas à faire court. Ce sera une vraie tartine! Encore un peu de patience. Je devrais avoir fini demain.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Mar 21 Fév - 10:27

Citation :
• Bavard: Bran aime parler. Quand il se tait trop longtemps, c'est qu'il y a un problème. Reculez, lentement, sans faire de geste brusque.

PTDR je suis fan mdr.

Prend des notes:
*Le faire parler, c'est la clef :p*

Plus sérieusement tu as une plume magnifique ** J'ai hâte de découvrir la suite de ton récit **
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Bran Cornick   Mar 21 Fév - 14:40

Je suis d'accord avec Destiny, j'adore ta plume! *.*
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Bran Cornick   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bran Cornick

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» J3 Bran Vs Rag
» LE CHATEAU DE BRAN (ROUMANIE)
» Near Bran ( En cours )
» bran ♣ the curves of your lips rewrite history
» Time has come to confess. [pv Soren Cornick & Shina/Ken Amnell]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aspen Creek: The Wild Wide :: Le début de la danse :: Les Premiers Pas :: Nos Habitants :: Werewolves-
Les Tops Sites:


GENESIS | VELUSIA | ABYSSES | CHERRY | OBSESSION | TITOP | FILET DU DIABLE
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit