Un nouveau contexte arrive pour le forum et toutes les évolutions qui vont avez. En cas de volonté d'inscription merci de contacter le staff. A très vite...

Partagez | 
 

 Les ennemis de mes ennemis... [Aya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Les ennemis de mes ennemis... [Aya]   Mar 28 Juil - 3:44

Le voyage avait été long depuis l’agence de location de voitures de Kalispell jusqu’à cet endroit perdu du fin fond du Montana. La Chevrolet Caprice qu’elle conduisait datait des années 80 et on pouvait voir qu’elle avait déjà bien vécu. Quelques bosses, des sièges au cuir élimé, pas de climatisation, juste un chauffage qui peinait à maintenir une température supportable dans l’habitacle. Sa veste en daim lui avait paru trop chaude quand elle l’avait achetée avant de quitter Los Angeles trois jours plus tôt, mais par cette fin d’après-midi, elle était bien insuffisante pour une demoiselle plus habituée aux températures du sud du pays plutôt qu’à celles glaciales des Rocheuses en hiver. Shenandoah roulait prudemment sur la piste verglacée qui tenait lieu de route dans ce coin du pays. Mais pourquoi donc sa sœur s’intéressait-elle à cet endroit ? Aspen Creek. Un village dont certaines cartes ne mentionnaient même pas le nom. Elle s’était posée la question pendant tout le trajet en avion depuis LA jusqu’à Kalispell. Maintenant qu’elle s’approchait de plus en plus du but de son voyage, elle s’en posait une autre : qu’allait-elle lui dire, une fois qu’elle aurait retrouvé Chelsea ? Et d’abord, la trouverait-elle ? Impossible à dire avant d’être sur place et surtout avant de l’avoir revue.

Arrivée au sommet d’une colline, elle put admirer au loin en contrebas les lumières de la ville. Parfait, elle était presque arrivée, quelques miles à peine à vol d’oiseau, même si la route en lacets lui promettait bien plus de kilométrage au compteur avant de franchir la pancarte qui lui indiquerait qu’elle avait atteint son but. Toute à cette vision, Shenandoah cessa de prêter attention à la route pendant une fraction de seconde, et la voiture se retrouva dans le décor et embourbée jusqu’aux essieux. L’arrêt fut  brutal, de même que le retour à la réalité. Secouée, la jeune femme sortit du véhicule pour inspecter les dégâts. Pas la peine d’avoir fait des études de mécanique pour se rendre compte qu’elle ne la sortirait pas à mains nues du fossé. Restait à marcher jusqu’Aspen Creek, en espérant que la bourgade compte un dépanneur parmi ses habitants. Quoi que, un rancher et son tracteur suffiraient, à condition qu’il n’y ait rien d’abîmé en-dessous de la voiture. La compagnie d’assurances allait mettre bien trop longtemps pour arriver, et il faisait trop froid pour avoir envie de passer la nuit dehors, à condition que qu’elle trouve du réseau pour leur téléphoner. Au vu de ce qu’affichait l’écran de son portable, c’était loin d’être gagné. Heureusement, Aspen n’était plus très loin. En marchant bien, elle l’atteindrait avant la nuit. Au vu des températures en journée, elle ne voulait même pas penser à passer une nuit dehors. Shenandoah alla donc récupérer son sac de voyage dans le coffre, rajusta sa veste et enfila les gants neufs et le bonnet de laine rouge qu’elle avait achetés en même temps que cette dernière, empocha les clés après avoir serré les portes et commença à suivre la route en direction des lumières. Elle espérait sincèrement que cet incident ne présageait pas de la suite de ses recherches dans le Montana.

Elle marchait depuis un bon moment déjà, et son sac commençait à peser lourd sur ses épaules, la distance qu’il restait à franchir lui semblait de plus en plus longue, les lumières avaient disparu de son champ de vision et pour couronner le tout, elle avait froid aux pieds. Elle nota bien quelques chemins qui partaient à gauche ou à droite en direction des bois et des montagnes, mais elle se garda bien de les suivre, même s’ils semblaient partir dans la bonne direction pour rejoindre Aspen Creek plus rapidement. Elle avait vu assez de films d’épouvante pour savoir qu’il y avait toujours un monstre au bout du chemin, et que se perdre dans ce genre d'endroit relevait du jeu d’enfant.  Elle ne serait pas l’héroïne au crâne rempli de vent qui décidait de couper par le chemin le plus court. Mais cela ne l’empêcha pas de s’arrêter quelques instants, de repérer un arbre déraciné non loin de la route et d’aller s’assoir dessus le temps de sortir une barre chocolatée de son sac. Un peu de réconfort dans ce monde de brutes avant de continuer. L’air était très frais, mais aussi très pur. Quand le soleil brillait, ça devait être un bel endroit pour se promener. Elle se demanda à quoi cela ressemblait en été. Dommage que la lumière commence déjà à baisser sous le couvert des arbres. Il ne fallait pas trop tarder si elle voulait encore y voir quelque chose.

En soupirant, elle remit son sac sur l’épaule et retrouva la route vers le village et vers sa sœur. Elle devait l’arrêter avant qu’elle ne fasse trop de dégâts, même si elle n’avait aucune idée de comment s’y prendre pour y parvenir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aya CrossLes Apparences sont parfois Autre
Voir le profil de l'utilisateur http://wildwide.forumactif.com/t1435-aya-cross-terminee http://wildwide.forumactif.com/t1442-aya-cross#57133


Solde : 5089

Age du personnage : 21 ans
Grande Révélation :
  • Neutre

Ton loup : Un loup venu d'ailleurs à qui je tiens sans savoir ni comment le lui dire, ni comment faire
Localisation : Aspen, Montana
Emploi/loisirs : Officiellement conseillère environnementale, officieusement au service d'Adam Hauptman
Humeur : Vous tenez vraiment à le savoir ?

Avatar : Barbara Palvin
Crédits : MySelf
Les Apparences sont parfois Autre

MessageSujet: Re: Les ennemis de mes ennemis... [Aya]   Mar 28 Juil - 20:01

© made by Islande



Shenandoah vs Aya

Les ennemis de mes ennemis...


Entraînement intensif aujourd’hui. J’ai besoin de me défouler, je le sens. Rester enfermée n’est pas bon pour mon moral, même avec la présence de ma compagne. Demain, j’irai m’installer sur les terres d’Adam. L’alpha m’a prise sous sa protection. Et il me faut un endroit sécurisé pour pouvoir travailler en toute sérénité. Sans compter que les autres loups ne viendront pas me chercher des noises cette fois. Même si certains m’ont regardée de travers depuis mon retour, il est évident que s’en prendre à moi n’est pas autorisé. Je ne suis pas dupe, Bran a besoin de moi en vie pour piéger la Noire. Curieusement, Adam ne semble pas apprécier ce fait. Je ne sais pas vraiment pourquoi par contre. Mais je ne compte pas lui demander. Notre première rencontre a été surprenante, mais elle s’est bien passée. Je n’ai pas envie de tout gâcher maintenant en me montrant trop curieuse. J’ai passé la journée à tester mon corps, à retrouver des sensations perdues, à parfaire certains de mes coups aussi avec mon bâton. Il ne me quitte plus. Aussi efficace qu’une arme face à un surnat et beaucoup plus discret puisqu’il ressemble à n’importe quel bâton de marche. Je suis la seule à savoir qu’il renferme une longue tige en acier en son centre, en assurant sa solidité et donnant plus de force à mes coups.

L’hiver est là. J’apprécie cette saison, elle limite les déplacements. Il sera donc plus facile de repérer les nouveaux venus en ville. Et, avec un peu de chance -beaucoup ?- cela va aussi limiter les déplacements de ma cible. Oh oui, j’en ai une et pas n’importe laquelle. Je compte bien mettre à profit la saison pour avoir une explication avec cette fichue sorcière. Le talisman de Peter ne me quitte pas. Avec lui, je suis protégée et vu que je suis de nouveau en pleine possession de mes moyens, elle va avoir beaucoup plus de mal à me duper cette garce ! Bran ne m’en voudra pas si je la tue de toute façon. Au contraire même, il sera débarrassé d’un problème majeur. Même si je sais me trouver sur SES terres et qu’il entend y faire régner SA loi. Je ne l’ai toujours pas revu et je compte bien le revoir le plus tard possible. Alors que je longe l’une des routes principales menant à Aspen, une voiture abandonnée attire mon attention. Je reste à l’affût durant un long moment, observant ce qui se passe avant de me décider à approcher. J’en fais le tour en prenant garde de ne pas glisser sur le verglas. Encore un conducteur imprudent qui avait la tête ailleurs ou conduisait trop vite, c’est au choix. Il faut avouer que le paysage est magnifique vu d’où je me tiens. La question qui se pose maintenant, c’est où peut bien se trouver le chauffeur ? Je lève les yeux au ciel avant de secouer la tête. À tous les coups, il -ou elle- va tenter de rejoindre la ville à pied. Une folie si on ne dispose pas de l’équipement adéquat, ainsi que d’une excellente forme physique. Je dispose des deux et je veux savoir qui arrive en ville. Sans perdre de temps, je change mes plans, me mettant à la poursuite du chauffeur. Ignorant depuis quand la voiture est abandonnée, je renonce à suivre la route, optant pour une progression plus rapide, mais plus dangereuse, en coupant en ligne directe. Le moindre faux pas sera synonyme de blessure et je le sais. Le sol gelé est glissant par endroit. Je connais les lieux comme ma poche vu le temps passé à arpenter la région à pied. C’est un avantage non négligeable. Qui me permet de gagner beaucoup de temps sur ma « proie ».

Je finis par apercevoir une silhouette marchant le long de la route après un long moment. Stoppant net ma progression, je l’observe tout en restant à distance. Une touriste ! Ça ne peut pas être autre chose vu sa tenue. Une à cause de ses cheveux longs et de carrure miniature. Je réfléchis rapidement avant d’opter pour la devancer en coupant à travers les arbres. Le chasseur en moi est pleinement éveillé, mes sens sont affûtés comme des lames tranchantes. Je suis dangereuse quand la rage coule dans mes veines, je le suis encore plus quand le calme règne dans mon esprit. Je finis par devancer l’inconnue, m’installant en retrait pour mieux observer celle qui approche. De loin, il est évident qu’elle n’est pas équipée pour l’hiver dans le Montana. Parfois, je me demande à quoi peuvent bien penser les gens en préparant leur voyage. En même temps, tout le monde n’a pas été élevée comme moi. Cela n’aide pas non plus pour envisager une multitude de scénarios possibles. J’esquisse un sourire amusé qui se fige avant même d’avoir été achevé. La femme n’est plus très loin et je viens d’apercevoir son visage. Le mien se ferme dans l’instant, reprenant son masque inexpressif. Celle qui approche n’est autre que la sorcière qui me pourrit l’existence depuis plusieurs semaines. Pas très douée au passage pour avoir foutu sa voiture au fossé ! L’occasion est trop belle pour que je la laisse passer. Sortant de ma cachette, je la fixe d’un air qui ferait fuir toute personne saine d’esprit. Mon bâton en main, je bande mes muscles, prête à passer à l’action.

J’ignorais que la chasse aux bécasses était ouverte.


Inutile de perdre du temps avec les présentations, l’autre sait pertinemment qui je suis. La réciproque étant vraie, je ne vois pas pourquoi je ferais usage de courtoisie. Je ne compte pas en faire preuve à son égard de toute façon. Par contre, lui en coller une bonne, ça c’est au programme. Mais avant, il va falloir que j’en apprenne le plus possible sur elle, sur ses motivations aussi. Qui sait, cela pourrait être utile dans l’avenir.

Tu aurais mieux fait de rester loin d’Aspen, ma chérie.

Mon ton a beau être mielleux, il ne dissimule absolument pas mon état d’esprit. Si elle ignorait que j’ai un contentieux sévère à régler avec elle, c’est chose faite maintenant. Surtout que je viens de passer en position d’attaque. Les hostilités vont pouvoir commencer.





Retour à mes origines, à celle que je suis, qu'importe ce qu'il adviendra...
mais plus jamais, je ne serai seule.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Les ennemis de mes ennemis... [Aya]   Jeu 30 Juil - 19:37

Sur la route, les branches des arbres laissaient filtrer plus de lumière, et il était plus aisé de marcher sans risquer de trébucher, même si c’était plus long. Ce devait être agréable de se promener ici pendant l’été, mais dans le cas présent, Shenandoah aurait préféré finir le trajet en voiture jusqu’à l’hôtel le plus proche. On lui avait parlé du froid des Rocheuses, mais à part pour être allée faire du ski à Mammoth Mountain Resort dans l’est de la Californie, elle n’y avait jamais mis les pieds avant cette fin de journée. Et franchement c’était bien plus froid que prévu. Qu’est-ce qui avait bien pu attirer Chelsea dans ce trou perdu en cette saison ? Une question à laquelle elle tenterait de répondre une fois au chaud et l’estomac plein. La route était longue, très longue. Elle commençait  se demander si elle avait pris la bonne direction, quand une silhouette sortit du couvert des arbres quelques mètres devant elle. Oh ! Une âme providentielle !  Elle n’allait peut-être pas devoir faire toute la route à pied, finalement ! La jeune femme ne prit pas le temps de se temps de se demander ce qu’une autre promeneuse faisait en pleine foret à cette heure de la journée. Elle accéléra son pas, un grand sourire aux lèvres, jusqu’à ce que l’inconnue s’adresse à elle. Elle s’arrêta net  et fronça les sourcils, alors que son sourire disparaissait du même coup. On avait rarement fait moins poli ou plus agressif !

Si tous les gars du coin possédaient le même sens de l’hospitalité, tirer sa voiture hors du fossé allait relever des travaux d’Hercule! Elle avait bien entendu parler des bouseux du Montana, et de leur  attitude « tire d’abord et pose les questions après » mais jusque-là  elle avait pensé que ce n’était qu’une rumeur. Comme quoi, parfois les rumeurs sont vraies, ce qui était loin de l’arranger aujourd’hui.

« On se connait ? » Elle n’avait pas une mémoire exceptionnelle des visages, mais là, elle pensait sincèrement n’avoir jamais croisé cette fille de sa vie. La voyant ajuster sa prise sur son bâton de marche, elle décida qu’une petite explication était sans doute la bienvenue, histoire de tenter de calmer le jeu, et cela même si elle n’avait aucune idée de ce qu’elle avait pu faire pour énerver l’autre en face. Elle avait peut-être violé une propriété privée sans le savoir, qui sait ? Qu’est-ce qu’il y avait à Aspen pour qu’elle veuille l’empêcher d’y aller ? Elle garda ses mains bien visibles le long de son corps, de manière à ne pas paraître menaçante. Encore qu’elle se demandait bien comment son mètre cinquante pourrait paraître menaçant, même si elle avait une arme à feu en main… Surtout maintenant qu’elle n’avait plus accès à ses pouvoirs. Déjà quand elle les avait encore, elle ne les avait jamais utilisés en situation de conflit, alors maintenant…

« Ma voiture a dérapé sur une plaque de verglas. Je n’arrive pas à la sortir du fossé. Vous connaissez quelqu’un qui pourrait m’aider ? » Parce que là, visiblement, ce n’était pas la brune d’en face qui le ferait. Pas facile de résister à l’envie de faire demi-tour en courant quand on voyait la colère qui lui brûlait le regard…  « Euh, désolée si j’ai empiété sur votre propriété, dès que j’ai trouvé un dépanneur, je ne vous embêterai plus. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aya CrossLes Apparences sont parfois Autre
Voir le profil de l'utilisateur http://wildwide.forumactif.com/t1435-aya-cross-terminee http://wildwide.forumactif.com/t1442-aya-cross#57133


Solde : 5089

Age du personnage : 21 ans
Grande Révélation :
  • Neutre

Ton loup : Un loup venu d'ailleurs à qui je tiens sans savoir ni comment le lui dire, ni comment faire
Localisation : Aspen, Montana
Emploi/loisirs : Officiellement conseillère environnementale, officieusement au service d'Adam Hauptman
Humeur : Vous tenez vraiment à le savoir ?

Avatar : Barbara Palvin
Crédits : MySelf
Les Apparences sont parfois Autre

MessageSujet: Re: Les ennemis de mes ennemis... [Aya]   Jeu 30 Juil - 22:01

© made by Islande



Shenandoah vs Aya

Les ennemis de mes ennemis...


Il y a des jours où on est content de se lever. C’est mon cas aujourd’hui. Une journée à s’entraîner, à retrouver mes sensations, à décompresser avant de me trouver face à celle par qui le désastre de Billings est arrivé, cette maudite Noire. Hors de question que je rate l’occasion de lui en coller une pour lui apprendre à ne pas venir foutre le bordel dans ma vie. Surtout que je n’ai besoin de personne pour y parvenir en plus. Son sourire m’agace, elle va vite le perdre. Et cela ne tarde pas, la demoiselle me fixe comme si elle ne comprenait rien à ce que je peux lui dire. Sans compter qu’elle ose me demander qui je suis ! Je la fixe, toujours aussi hargneuse. Et l’autre qui a pas l’air à l’aise face à moi. Tu m’étonnes, me voir encore en vie doit la surprendre. Et maintenant, elle sait que je sais viser et que je suis douée avec une arme en main. Si elle pense qu’avancer les mains loin du corps va me duper, elle se fourre le doigt dans l’œil. Je ne bouge pas, gardant mon bâton en main de sorte à frapper dès qu’elle va se trouver à ma portée.

Dommage que tu sois pas restée dans ta voiture. Tu crois pouvoir aller jusqu’où comme ça ? Pas à Aspen, c’est certain.

Je détaille sa tenue. Pas du tout adaptée à la région, elle va avoir du mal à arriver en ville à ce rythme. Le froid glacial de la nuit aura raison d’elle rapidement. Au moins, elle est couverte cette fois. Parce qu’à Billings, on aurait dit une pute qui racolait vu le peu de tissu. Je raffermis ma prise avant d’avancer un peu. Contrairement à l’autre, je me déplace sans difficulté moi.

Tu te comptes te foutre de moi encore longtemps ?

L’allonge est parfaite, le coup rapide et précis comme à mon habitude. Voilà la noire sur les fesses sans la moindre douceur. Il m’a suffi d’un simple balayage pour la faire chuter. Le bout de mon bâton finit appuyer sur sa gorge, histoire qu’elle ne gigote pas trop non plus. Elle a fait l’anguille une fois, elle ne le fera pas deux, c’est certain. Penchée au-dessus d’elle, je la fixe sans rien dire un certain temps. Qu’elle tente de bouger et je lui transperce la gorge sans la moindre hésitation. Il y a trop longtemps que je rêve de ce face-à-face pour ne pas l’apprécier. Et, comme je porte mon talisman, il est évident que sa magie ne lui sert à rien. Dommage pour elle -ou pas d’ailleurs- mais face à une simple humaine, il est certain que je vais avoir le dessus.

Toi et moi, on va discuter. Pour commencer, tu vas me dire comment tu t’appelles. Et sois gentille, évite de me mentir sinon la prochaine fois, je t’en colle une entre les deux yeux et tu sais ce que je vaux une arme à la main.

Ma rage se réveille doucement. Je la sens couler dans mes veines de plus en plus. Et je laisse faire sans le moindre scrupule. L’image d’Adam s’impose brièvement à mon esprit. Il ne manquait plus que ça. Je ne sais pas pourquoi, mais ce loup semble avoir un ascendant particulier sur moi. Je tenterai de lui en parler la prochaine fois qu’on se verra. Enfin si j’ose le faire. En attendant, penser à l’alpha canalise ma rage pour le moment. Je relâche la pression sur son cou avant de reculer pour la laisser se remettre sur ses pieds si elle y parvient. De toute façon, il vaut mieux qu’on s’éloigne de la route pour que je sois certaine de ne pas être dérangée.

Debout ! On bouge !

De gré ou de force, elle ne va pas avoir le choix.





Retour à mes origines, à celle que je suis, qu'importe ce qu'il adviendra...
mais plus jamais, je ne serai seule.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Les ennemis de mes ennemis... [Aya]   Dim 2 Aoû - 6:46

L’inconnue avait vraiment une dent contre les visiteurs ! Ou bien, était-ce seulement envers elle ? Et surtout pourquoi un tel accueil ? Pourquoi ne voulait-elle pas que Shenandoah arrive à Aspen ? Qu’y avait-il là-bas de si important ? Était-elle folle ? C’étaient là quelques unes des questions qui lui trottaient en tête alors que la femme la dévisageait ouvertement. Shenandoah lui demanda alors si elles s’étaient déjà rencontrées, ce à quoi l’autre répliqua par une attaque fulgurante. La jeune femme eut juste le temps de sentir une vive douleur à l’arrière des genoux avant de se retrouver comme une tortue sur le sol, son sac à dos écrasé sous elle. D’ailleurs ont avait entendu un craquement. Elle espérait qu’il n’y avait rien de cassé, du genre bouteille de shampoing ou parfum, par exemple… Mais cette pensée fut rapidement chassée de son esprit quand le bâton de marche de l’autre finit appuyé sur sa gorge. Elle se figea, osant à peine respirer, encore sous le choc de l’attaque. Elle resta immobile, les mains toujours le long du corps, et non pas agrippées au bâton, comme elle l’aurait voulu. Tout geste malheureux pourrait être mal interprété. La folle avait l’air d’attendre qu’elle tente quelque chose pour pouvoir répliquer.

C’est alors que l’autre lui demanda son nom, en la menaçant à nouveau, bien que l’arme pointée sur elle soit amplement suffisante… Elle ne savait pas par contre si elle pouvait répondre. Le simple fait d’avaler sa salive était douloureux avec le bâton posé là où il l’était, alors, parler ?!

A la voir, pas sûr qu’elle attende avant de frapper… II valait mieux lui répondre, elle lui répondit en la fixant dans les yeux, pour lui montrer qu’elle était sincère,

« Shenandoah. » Mais pas plus. Elle avait l’impression que dès qu’elle lui aurait dit tout ce qu’elle voulait savoir, et on se demandait bien ce qui l’intéressait tant ; elle la tuerait. Ces bois étaient parfaits pour ça. Elle était sûre que son cadavre ne durerait pas trois jours, les carnivores du coin se chargeant de faire le ménage. Elle l’avait vu dans ses yeux, l’autre était une tueuse de sang froid. Tout ce qu’elle pouvait faire, c’était tenter de gagner du temps pour trouver le moyen de lui échapper.

La pression du bâton disparut et la folle lui demanda de se lever, ce qu’elle fit péniblement. Inutile de raisonner avec les fous. Ses jambes lui faisaient mal, elle ne courrait pas bien loin, c’était certain. Voilà une option d’évasion qui disparaissait, malheureusement. Une odeur de vanille se répandit dans l’air. Oui, elle avait bel et bien cassé sa bouteille de parfum. Le bon pont, c’était qu’avec ces aventures, elle en avait presque oublié le froid ambiant… Presque.

Alors qu’elle la menait vers la forêt et loin de tout espoir d’échappatoire, elle ne put s’empêcher de demander, sans grand espoir de réponse autre qu’un nouveau coup de bâton,

« Mais qu’est-ce que je vous ai fait ? Et qu’est-ce que vous me voulez ? »

Certaines des paroles de l’autre lui avaient fait penser qu’elles s’étaient déjà croisées… mentir encore une fois… tu sais ce que je vaux une arme à la main,… Encore que ça, elle venait de le découvrir, ses genoux s'en souvenaient encore...

Et si ? Et si elles s’étaient effectivement déjà croisées auparavant ? Enfin, non pas elle, mais Chelsea ? C’était bien le nouveau genre de sa sœur de… Mais de quoi au juste ? C’était ça le problème. Ca et le fait que même si elle lui disait toute la vérité, l’autre n’était certainement pas encline à la croire. Restait à trouver un moyen de s’échapper, qui n’implique pas de devoir courir longtemps… En attendant, gagner du temps pour réfléchir à un plan…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aya CrossLes Apparences sont parfois Autre
Voir le profil de l'utilisateur http://wildwide.forumactif.com/t1435-aya-cross-terminee http://wildwide.forumactif.com/t1442-aya-cross#57133


Solde : 5089

Age du personnage : 21 ans
Grande Révélation :
  • Neutre

Ton loup : Un loup venu d'ailleurs à qui je tiens sans savoir ni comment le lui dire, ni comment faire
Localisation : Aspen, Montana
Emploi/loisirs : Officiellement conseillère environnementale, officieusement au service d'Adam Hauptman
Humeur : Vous tenez vraiment à le savoir ?

Avatar : Barbara Palvin
Crédits : MySelf
Les Apparences sont parfois Autre

MessageSujet: Re: Les ennemis de mes ennemis... [Aya]   Lun 3 Aoû - 19:52

© made by Islande



Shenandoah vs Aya

Les ennemis de mes ennemis...


Je n’ai pas perdu mon temps aujourd’hui. Voilà que je suis tombée sur ma copine la sorcière. Qui semble découvrir qu’elle n’est pas la plus forte des deux quand sa magie ne fonctionne pas. Je ne sais pas d’où elle arrive, mais je compte bien l’apprendre. Une chance que sa voiture soit partie au fossé. La voilà à ma merci. Et, vu nos relations passées, aucun risque que nous ayons une discussion cordiale autour d’un bon café. Ce qui explique que je passe rapidement à l’attaque. L’avantage dont je dispose ne va peut-être pas durer, je dois en profiter au maximum pendant que je peux le faire. Volontairement, je laisse ma rage se déployer en moi. Sans elle, il me sera impossible de bousculer la sorcière pour en apprendre plus. À commencer par comment elle s’appelle. Je n’obtiens qu’un prénom, Shenandoah. Pas certaine que ce soit le bon, mais qu’importe. Une identité fictive n’est jamais le fruit du hasard. Et je connais maintenant un loup bien plus à l’aise que moi avec les nouvelles technologies. La première chose à faire est de se mettre à couvert. Les bois proches me fourniront l’endroit parfait pour poursuivre notre discussion. Certes, cela me met aussi à portée de ses marionnettes, mais je peux gérer les imprévus normalement. Je ne lui réponds pas. Si elle continue à se foutre de moi de la sorte, je ne donne pas cher de sa peau.

Fallait pas t’en prendre à moi, c’est l’heure de payer l’addition.

Personne ne peut nous entendre ici, ni même nous voir. Enfin si, mais nous l’ignorons l’une et l’autre. Nous n’allons pas tarder à avoir un spectateur. Progresser dans les sous-bois est plus simple. Même si le sol est gelé, les aspérités facilitent notre marche. Je m’assure que la noire ne me fausse pas compagnie avant que l’on s’arrête, une dizaine de minutes plus tard.

Pour commencer, tu vas me dire pour qui tu bosses, histoire que je lui rende une petite visite quand j’en aurais fini avec toi.

Je ne conçois pas que le chaos qu’elle a foutu à Billings soit son idée. Il y a forcément quelqu’un d’autre derrière tout ça. Et ma rencontre avec Adam n’a fait que renforcé cette option. Et, si elle pense me duper avec son rôle de pauvre fille qui ne comprend rien à ce qui lui arrive, elle se trompe lourdement. Si je m’écoutais, je la tuerais sur le champ. Seulement voilà, il y a trop d’enjeux pour que je me laisse aller à cette solution. Je calme ma respiration pour ne pas perdre le contrôle. Même si la probabilité que la sorcière meurt cette nuit est grande, je dois faire en sorte de tirer un maximum de profit de notre rencontre. Une nouvelle attaque l’envoie de nouveau au sol. Cette fois, je ne reste pas à distance. Mon bâton finit posé à travers sa gorge, bloqué par mes jambes, pendant que je coupe des lanières de son sac à dos rapidement. Le tout en moins de temps qu’il n’en faut pour me permettre de me relever rapidement et demeurer en sécurité pour l’heure. Il fera bientôt nuit et j’ignore si elle peut se diriger plus facilement que moi dans le noir. Si c’est le cas, le risque qu’elle m’échappe n’est pas à prendre à la légère.

Une petite chose encore... la patience et moi, on est pas vraiment copines. Alors ne me pousse pas à bout où je te jure que tu ne verras pas le lever du soleil.

Elle n’a pas besoin de savoir que je peux rester immobile durant des heures si cela s’impose. Hors de question que je lui fournisse le moindre détail compromettant me concernant. J’ai vu ce que sa magie a comme effet sur moi, je n’ai pas du tout envie de réitérer l’expérience. Je suis trop près d’Aspen et ses habitants deviendraient des proies parfaites si la noire parvient à contrôler mon esprit. Même si le talisman me protège, je demeure méfiante.





Retour à mes origines, à celle que je suis, qu'importe ce qu'il adviendra...
mais plus jamais, je ne serai seule.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Les ennemis de mes ennemis... [Aya]   Jeu 6 Aoû - 7:38

Mais pourquoi n’y avait-il pas de réseau quand on en a le plus besoin ?! Merci Verizon Wireless ! Si elle s’en sortait, la citadine se promit d’écrire un courrier demandant une meilleure couverture de cette région du pays. La folle les emmena plus loin sous le couvert des arbres, trop loin de la route pour que quiconque ne puisse avoir envie d’intervenir. Bien sûr c’était ce qu’elle cherchait, mais cela n’arrangeait en rien Shenandoah, qui s’imaginait de plus en plus terminer congelée dans la forêt, si pas battue à mort avant à coups de bâton, mais elle avait toujours un mince espoir de s’en sortir, aussi se laissa-t-elle escorter, plutôt que de déclencher une bagarre dont elle ne ressortirait pas vivante.

Elle lui demanda pourquoi l’autre s’en prenait à elle sans raison, et obtint une réponse partielle, ce qui était toujours plus que ce à quoi elle s’était attendue… Même la réponse ne l’aidait en rien à déterminer une façon de se sortir de ce pétrin. La jeune femme était sûre de ne pas avoir tenté de faire du mal à l’autre kidnappeuse, et son impression que sa jumelle avait eu son rôle dans cette affaire se confirmait petit à petit. Quand elle fut satisfaite qu’elles furent bien perdues au milieu de nulle part, elle reprit son interrogatoire. Encore une question qui n’allait pas trouver de réponse satisfaisante… Et le vocabulaire employé ne rassurait nullement la petite sorcière. « Quand j’en aurai fini avec toi », restait à voir à quoi elle ressemblerait une fois que ce serait fait. Elle ne tenait pas spécialement à le savoir. Elle lui lança un regard noir et se redressa de toute sa taille, pour tenter de masquer le fait qu’elle avait peur de l’autre. Face à une bête sauvage, ne pas montrer sa peur, même s’il était sans doute trop tard pour ça. Elle avait laissé une chance à l’autre de se calmer, mais visiblement ce n’était pas près d’arriver. Quitte à se prendre des coups sans raison, elle n’allait plus se laisser faire. L’autre n’était pas la seule à pouvoir lancer des menaces…

« Je ne travaille pour personne. J’ai été gentille jusque-là, mais si vous continuez vous allez avoir des ennuis. » La fille était peut-être folle, mais dès qu’elle aurait rejoint la civilisation, Shenandoah comptait bien se rendre au poste de police le plus proche et porter plainte. La menace n’eut pas l’effet escompté, puisque quelques secondes plus tard, elle se retrouvait à nouveau à terre, le bâton en travers de la gorge et une furie occupée à détacher son sac à dos de manière peu orthodoxe. Perdue pour perdue… Elle ramassa un petit caillou qui se trouvait sous sa main, alors que l’autre était occupée à lui voler son sac.

L’inconnue se méfiait d’elle, à voir la distance qu’elle voulait maintenir entre elles. Nouvelle bordée de menaces… Shenandoah profita du fait que l’attention de l’autre était occupée par le sac et qu’elle n’avait plus une si bonne prise sur son bâton pour lui lancer le caillou au visage avant de détaler dans la direction opposée. Ses jambes protestèrent, mais son petit doigt lui disait que si elle restait là, elle aurait bientôt mal à beaucoup plus d’endroits que ça… Elle entendit un bruit de course derrière elle et voulut jeter un coup d’œil en arrière pour voir où en était sa poursuivante. Dans l’obscurité, elle trébucha sur une racine et s’étala de tout son long. Elle commença à se relever, l’adrénaline cachant pour l’instant la douleur qui n’allait pas tarder à se faire sentir une fois le choc passé. Cette fois, elle n’avait plus le choix, elle allait devoir se battre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aya CrossLes Apparences sont parfois Autre
Voir le profil de l'utilisateur http://wildwide.forumactif.com/t1435-aya-cross-terminee http://wildwide.forumactif.com/t1442-aya-cross#57133


Solde : 5089

Age du personnage : 21 ans
Grande Révélation :
  • Neutre

Ton loup : Un loup venu d'ailleurs à qui je tiens sans savoir ni comment le lui dire, ni comment faire
Localisation : Aspen, Montana
Emploi/loisirs : Officiellement conseillère environnementale, officieusement au service d'Adam Hauptman
Humeur : Vous tenez vraiment à le savoir ?

Avatar : Barbara Palvin
Crédits : MySelf
Les Apparences sont parfois Autre

MessageSujet: Re: Les ennemis de mes ennemis... [Aya]   Dim 9 Aoû - 16:35

© made by Islande



Shenandoah vs Aya

Les ennemis de mes ennemis...


Obliger la noire à quitter la route pour s’enfoncer dans les bois a été plus simple que je ne le prévoyais. Je ne suis pas dupe, elle peut encore me causer du tort si je ne me méfie pas assez. Maintenant que j’ai mis la main dessus, il est hors de question qu’elle parvienne à m’échapper. La tuer est tentant, mais je rechigne encore à lui ôter la vie. Même si je sais que personne ne m’en tiendrait rigueur, il est possible que d’autres soient plus à même que moi de lui soutirer des informations, Charles Cornick le premier. Pour la première fois, je regrette que ma mère n’ait pas hérité des pouvoirs de ses ancêtres, ils m’auraient certainement été bien utiles face à Shenandoah. Même ça, ma chère génitrice n’est pas parvenue à le faire convenablement. En attendant, mon attention demeure focalisée sur la demoiselle. Je me retiens de sourire en la voyant tenter de s’imposer face à moi. Elle est tout de même bien moins impressionnante qu’un garou contrarié. Des ennuis ? Elle est mignonne ! Il me semble pourtant les collectionner depuis quelque temps. Une fois loin de la route, je la renvoie à terre pour la délester de son sac à dos. J’ignore ce qu’il renferme, mais qu’importe, on ne sait jamais. Une fraction de seconde, cela lui a suffi finalement. Je grogne au contact du caillou, portant mes doigts à ma tempe. Je saigne, mais rien de méchant. Par contre, mon regard se teinte un peu plus de noir.

Elle veut se la jouer « fille des airs », parfait. Je reste immobile de longues secondes, écoutant les bruits environnants. Il me faut peu de temps pour distinguer sa course folle. Je dissimule rapidement le sac avant de m’élancer à sa poursuite. La pénombre ne me dérange pas, j’ai l’habitude de ces courses nocturnes. Plus qu’elle visiblement si je me fie à ce que je viens d’entendre. Hors de question de lui donner le temps de repartir. Je découvre la noire en train de se relever. Mon attaque est rapide, implacable. Cette fois, quitte à lui briser les genoux, je ne retiens pas mon bâton. Elle n’avait qu’à pas ouvrir les hostilités !

C’est pas gentil de me fausser compagnie de la sorte.

Ma voix n’a plus rien d’humain, moi non plus d’ailleurs. Il n’y a plus que le chasseur, rien d’autre. Sa résistance attise ma soif de sang. Il en est toujours ainsi. Mais, de nous deux, il y en a visiblement une qui n’a pas appris à se battre. Et ce n’est pas moi. Je fais durer un peu le plaisir, passant outre la douleur quand elle parvient à m’atteindre. Jusqu’à ce que le jeu ne m’amuse plus et que je la plaque au sol avec violence. Assez joué, il est temps de reprendre le cours de notre conversation. La nuit est tombée, il vaut mieux ne pas trop s’attarder dans le coin. Je la ramène d’où nous venons en la tenant par les cheveux. Ah oui, ça fait mal, mais c’est super efficace pour faire avancer une personne récalcitrante, vous pouvez me croire.

Si tu me fais encore courir, je te tue.

Clair, net et précis, et je ne plaisante pas. La voilà prévenue, qu’elle ne vienne pas se plaindre si cela arrive. Quelque chose attire mon attention par contre. Gardant la noire à l’œil cette fois, je comprends vite que son sac a disparu. Voilà qui n’augure rien de bon. Nous ne sommes pas seules dans ces bois. Bien, on va changer de tactique alors. Un bruit sec caractéristique retentit. Une odeur particulière, connue de tous les surnats, se répand dans l’air, celle de l’argent. Arme au poing, je suis prête à riposter en cas de besoin.

On reprend, que viens-tu faire à Aspen ?

Je retiens le « encore » de justesse. Même si je ne perçois aucune présence autre que les nôtres, je suis certaine que quelqu’un est passé dans le coin. Ce qui ne m’arrange pas le moins du monde. Je n’ai pas eu le temps de faire l’inventaire de son contenu, c’est fâcheux. J’ignore qui l’a entre les mains désormais, mais je finirai bien par l’apprendre. Ceci dit, je suppose que me voir armée va refroidir les ardeurs de la noire et qu’elle va finir par se montrer un peu plus coopérative maintenant.





Retour à mes origines, à celle que je suis, qu'importe ce qu'il adviendra...
mais plus jamais, je ne serai seule.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Les ennemis de mes ennemis... [Aya]   Lun 10 Aoû - 16:54

Sa tentative d’intimidation restée sans résultat, Shenandoah tenta une autre tactique. Raisonner avec cette folle ne servirait à rien, et une fois qu’elle aurait eu ce qu’elle voulait elle se ferait battre à mort. Ne restait plus alors qu’à attaquer avant de se faire attaquer. Elle ne prit pas le temps de vérifier qu’elle avait fait mouche avant de prendre la poudre d’escampette. Malheureusement, l’inconnue la rattrapa bien trop rapidement, avant qu’elle n’ait eu le temps de rejoindre la route. Si elle avait eu le temps d’y penser, la voix de l’autre lui aurait fait froid dans le dos. En attendant, le coup qu’elle se prit dans les jambes la fit retomber lourdement à terre, et alors qu’elle tentait de s’éloigner à nouveau, les coups se mirent à pleuvoir. Elle se mit à crier de douleur et de rage impuissante. Elle s’agrippa aux jambes de l’autre, pour tenter de la faire tomber, puis voyant que cela n’avait pas d’effet se mit à donner des coups de poing, puis des coups de pied, en s’éloignant comme elle pouvait, dos au sol, en s’aidant de ses coudes pour ramper hors d’atteinte. Mais elle avait beau frapper en retour, l'autre continuait à la rosser sans difficulté apparente. Elle finit par abandonner, se contentant de se rouler en boule et de se protéger la tête de ses bras du mieux possible. Elle lui hurlait d’arrêter, mais sans que cela ait le moindre impact. La diablesse continua ainsi jusqu’à ce que la sorcière fût réduite à une masse inerte et inondée de larmes.

Elle allait mourir, là seule dans les bois. Au moment où elle pensait recevoir le coup de grâce, l’autre s’arrêta, l’attrapa par les cheveux et commença à la remorquer vers son antre, la clairière qu’elles avaient quitté plus tôt.


A moitié assommée, elle suivit le mouvement comme elle pût, avec une seule jambe plus ou moins en état de fonctionner, et des signaux de douleurs provenant de chaque endroit de son corps. Oreilles sonnantes, elle entendit à peine la nouvelle menace, si sa mâchoire ne lui avait pas fait aussi mal, elle aurait peut-être ri de façon hystérique.

La folle sortit ensuite une arme, un coup de feu résonna dans la nuit. Shenandoah se recroquevilla sur elle-même ; en plus, sa tortionnaire avait un pistolet. Ou un revolver, elle n’aurait pas su dire la différence et s’en moquait bien à cet instant précis. Elle eut à peine le temps de se demander pourquoi l’autre déballait une arme à feu, et ne pensa pas du tout à son sac abandonné. Une fois morte, elle n’en aurait de toute façon plus besoin…

Sa tortionnaire lui demanda à nouveau ce qu’elle venait faire là. Mais elle lui avait déjà dit pour la voiture… Sa tête lui faisait mal, mais pas plus que le reste de son corps. Elle avait sûrement quelque chose de cassé. Voire même plusieurs quelques choses. Elle murmura une réponse, mais la moitié des mots étaient rendus incompréhensibles par sa mâchoire abîmée et sa voix rauque d’avoir tant crié.

« … chercher m’ shœur… » Elle espérait vaguement que Chelsea serait assez maligne pour échapper à cette folle ou assez puissante pour la rosser copieusement. Quoi qu’il en soit, cette dernière saurait quand sa sœur mourrait, en se rompant, leur lien le lui dirait. Restait à voir si son aînée possédait toujours assez d’esprit de famille pour se décider à la venger… Résignée, elle attendit le prochain coup sans bouger. Serait-ce le bâton, un pied ou une balle qui la frapperait ? Et quelle importance ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aya CrossLes Apparences sont parfois Autre
Voir le profil de l'utilisateur http://wildwide.forumactif.com/t1435-aya-cross-terminee http://wildwide.forumactif.com/t1442-aya-cross#57133


Solde : 5089

Age du personnage : 21 ans
Grande Révélation :
  • Neutre

Ton loup : Un loup venu d'ailleurs à qui je tiens sans savoir ni comment le lui dire, ni comment faire
Localisation : Aspen, Montana
Emploi/loisirs : Officiellement conseillère environnementale, officieusement au service d'Adam Hauptman
Humeur : Vous tenez vraiment à le savoir ?

Avatar : Barbara Palvin
Crédits : MySelf
Les Apparences sont parfois Autre

MessageSujet: Re: Les ennemis de mes ennemis... [Aya]   Lun 10 Aoû - 18:14

© made by Islande



Shenandoah vs Aya

Les ennemis de mes ennemis...


Il n’est jamais bon de me mettre en colère. Déjà parce que je sais comment faire mal et ensuite, cela a tendance à me rendre un tantinet agressive. Juste un peu en fait, mais assez pour avoir envie de tuer et passer à l’acte. Alors, ma chère copine la noire, en tentant de me fausser compagnie, a parfaitement réussi à le faire. Ce qui explique que je me sois fait un plaisir de lui remettre les pendules à l’heure. Sans sa magie, c’est moi la plus forte. Et une bonne raclée ne lui fera pas de mal. De toute façon, elle ne l’a pas volée non plus. Le retour au point de départ ne me calme pas pour autant. Le sac de la demoiselle s’est volatilisé. Ce qui m’informe que nous ne sommes pas seules dans ces bois. Un tir, un seul, mais voilà un éventuel gêneur averti des risques qu’il prendra s’il tente de m’approcher d’un peu trop près. Chose faite, je reporte mon attention sur la prisonnière. J’ignore encore si elle survivra à notre rencontre. En titillant un peu trop le chasseur en moi, elle a fait la connaissance avec ma part d’ombre. Et ça, c’est tout sauf agréable, croyez-moi.

Tu as une sœur ?

Alors là, c’est le bouquet ! Comme si une sorcière ne suffisait pas, voilà qu’on en a deux en fait dans le coin. J’en connais un qui va grogner quand il apprendra ça. Il va vraiment falloir que je songe à l’appeler d’ailleurs.

Toutes mes félicitations, elle vient de gagner un aller simple en enfer grâce à toi.

Faut encore que je mette la main dessus, mais ce n’est qu’une question de temps. Il faut que je me calme. Cette histoire me touche de près, mais je ne peux permettre de laisser mes émotions interférer de la sorte. La noire ne s’en est pas prise uniquement à moi. Et, même si j’ai bien envie de lui faire payer ses forfaits, je me doute bien que cela me condamnerait dans la foulée. J’inspire profondément, m’obligeant à canaliser ma rage pour ne plus me laisser entraîner par elle. Pas simple, pas évident même, mais penser à autre chose devrait m’aider. Mes doigts effleurent mon talisman. D’ailleurs, c’est curieux qu’elle n’ait pas cherché à me l’enlever durant notre affrontement. Pourtant, en le récupérant, elle sait forcément que je serais vulnérable à sa magie... Je finis par m’accroupir à côté de Shenandoah. Le moins que je puisse dire, c’est que je n’y ai pas été de main morte. Même sans l’achever, il y a peu de chance qu’elle survive à une nuit dehors. Je secoue doucement la tête. Ah oui, ça peut surprendre de voir mon changement de comportement, mais il ne fallait pas m’énerver non plus.

La prochaine fois, tu te tiendras tranquille. On va reprendre et fais en sorte de t’éviter le pire.

A moi aussi par la même occasion. Tuer de nouveau, sur les terres du marrok, je suis pas certaine que ce soit la meilleure des solutions. Et si c’était cela qu’elle avait voulu de moi ? Que je la tue ici et maintenant ? Cela expliquerait qu’elle n’est pas seule et que tout ce cirque n’est qu’une vulgaire mise en scène !

Il y avait quoi de si important dans ton sac pour qu’on le vole ?

Je me relève, observant les alentours, en alerte. Ce qui me surprend, c’est que si nous avions été suivies, je m’en serais forcément rendu compte. Se déplacer sur ce terrain sans bruit est impossible. Du moins pour un humain. Les surnats, eux, j’en apprends sur leur compte tous les jours donc bon, je ne peux pas être aussi affirmative. Ce qui irait dans le sens que la noire bosse bien pour quelqu’un et que ce quelqu’un nous observe. Mauvais pioche, autant pour elle que pour moi d’ailleurs. Si elle parle, elle risque sa peau dans tous les cas de figure. Moi, il est possible que je vienne de devenir la proie d’un être infiniment plus dangereux que la noire. Mon quotidien en somme. Il me faut des réponses et vite !





Retour à mes origines, à celle que je suis, qu'importe ce qu'il adviendra...
mais plus jamais, je ne serai seule.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Les ennemis de mes ennemis... [Aya]   Lun 24 Aoû - 23:20

Dès qu’elle serait rentrée chez elle, si elle y rentrait un jour, elle allait suivre des cours de tir, de karaté et de tous les arts de combat imaginables et possibles. L’inconnue la ramena manu militari vers la clairière avant de lui demander la raison de sa venue dans la région. Peu désireuse de recevoir une nouvelle correction, elle lui répondit la vérité. Même si elle commençait sérieusement à se demander si sa sœur en valait vraiment la chandelle. La dingue paraissait surprise qu’elle puisse avoir une sœur. Bien sûr, elle ne lui avait pas dit que c’était sa sœur jumelle, c’était une petite information que l’autre n’aurait pas. Elle bougeait le moins possible pour éviter de se faire encore plus mal, mais ne pouvait pas réfréner les tremblements qui la secouaient. Choc, ou contact froid du sol, ou les deux ; si elle ne partait pas très rapidement de là, elle finirait gelée dans ce bois. Elle acquiesça une seule fois pour confirmer quand l’autre lui demanda,

Tu as une sœur ?

Elle avait du mal à parler avec sa mâchoire endolorie, et l’autre n’avait peut-être pas tout compris. La folle ajouta qu’elle allait s’attaquer à Chelsea aussi après elle. L’horreur se peignit sur ses traits. Au lieu de sauver sa jumelle comme elle l’avait espéré, elle venait de lui créer une ennemie. Il fallait absolument qu’elle retrouve sa sœur avant l’autre, pour la prévenir.

Quand l’autre s’approcha, elle eut un mouvement de recul. La voir si calme lui donnait la chair de poule. Comment pouvait-elle passer de la rage à ce calme effrayant en si peu de temps ? Shenandoah pouvait sentir que le calme n’était présent qu’à la surface, et que l’autre était instable. Les monstres Faes n’étaient pas moins humains qu’elle. Elle tripota un collier autour de son cou – un talisman ?- avant de lui demander ce qu’il y avait dans son sac. Ah ?! Le sac avait disparut. Après le passage à tabac qu’elle avait reçu, elle ne s’en était même pas aperçue, et c’était bien le cadet de ses soucis. Malgré tout, sa geôlière semblait y accorder quelque importance, il fallait donc répondre avant de se prendre de nouveaux coups. Et de toute façon, il n’y avait rien d’important dans le sac. Pas grand-chose de valeur, juste des souvenirs de famille, de quoi réveiller la conscience de sa sœur. Du moins, elle l’avait espéré.

« Portefeuille. Téléphone. Vêtements, photos » dans un album relié de cuir, une trousse de toilette, une bouteille de parfum cassée, une poupée Kashina qui datait de leur quête initiatique, un sachet de farine de maïs mélangé à des pétales de fleurs, un attrape-rêves ; rien qui ait beaucoup de valeur, donc. Elle espérait que la réponse satisferait la brune. Elle n’avait rien qui mérite d’être volé, c’étaient des souvenirs e famille et la farine permettait de repousser les mauvais esprits. Elle se recroquevilla un peu plus sur elle-même afin d’exposer le moins de surface possible aux coups de la folle.

Alors qu’elle attendait en grelottant, elle finit par se demander ce qui avait bien pu faire disparaitre le sac. Un autre diable des bois ? Ou bien, Chelsea serait-elle dans les parages, prête à la secourir, ne fut-ce que pour garder en vie sa réserve personnelle de magie ? Sans quitter la brune du regard, elle se mit à l’espérer ardemment, et à prier les esprits que ce fut le cas. Mais ce n’étaient pas les esprits qu’il fallait prier. Si quelqu’un était passé par là, il ne devait pas être très loin ! Shenandoah se mit donc à hurler, malgré sa gorge déjà écorchée d’avoir crié et sa mâchoire endolorie. Si c’était sa sœur elle devait la prévenir. Peut-être recevrait-elle de l’aide.  

« Au chcours ! A l’aide ! Elle est armée ! » Le coup de feu avait sans doute averti tous ceux aux alentours, mais la demoiselle avait du mal à réfléchir de manière cohérente. Tout ce qu’elle désirait c’était s’éloigner de cet endroit et de sa tortionnaire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aya CrossLes Apparences sont parfois Autre
Voir le profil de l'utilisateur http://wildwide.forumactif.com/t1435-aya-cross-terminee http://wildwide.forumactif.com/t1442-aya-cross#57133


Solde : 5089

Age du personnage : 21 ans
Grande Révélation :
  • Neutre

Ton loup : Un loup venu d'ailleurs à qui je tiens sans savoir ni comment le lui dire, ni comment faire
Localisation : Aspen, Montana
Emploi/loisirs : Officiellement conseillère environnementale, officieusement au service d'Adam Hauptman
Humeur : Vous tenez vraiment à le savoir ?

Avatar : Barbara Palvin
Crédits : MySelf
Les Apparences sont parfois Autre

MessageSujet: Re: Les ennemis de mes ennemis... [Aya]   Mer 26 Aoû - 15:40

© made by Islande



Shenandoah vs Aya

Les ennemis de mes ennemis...


Mener un interrogatoire les pieds dans la neige, ce ne sont pas vraiment les conditions idéales. Qu’importe, je m’adapte sans que cela ne me pose plus de problème que cela. Surtout que l’interrogée est tout de même la Noire qui me pourrit la vie depuis beaucoup trop longtemps maintenant. Après une tentative de fuite avortée -faut quand même pas me prendre pour une novice-, j’ai ramené la demoiselle dans un endroit que je peux couvrir dans son intégralité. J’ai bien fait. Le sac de Shenandoah a disparu. Qu’elle ne soit pas seule ne fait que confirmer ma théorie qu’elle travaille bien pour quelqu’un. Qui, cela reste un mystère par contre. Hors, pour que je ne le perçoive pas avant, j’en conclue rapidement que je dois affaire à un surnat. Bonne ou mauvaise nouvelle, elle sont deux. J’avais assez avec une. En même temps, vu que Shenandoah ne survivra pas à la nuit, il n’en restera finalement qu’une. Je ne compte pas la tuer. Le froid s’en chargera très bien tout seul. Il me suffit de l’immobiliser pour cela. Une bonne chose, elle me craint. Bon, un animal blessé qui se retrouve acculé peut se révéler dangereux. Je ne dois pas baisser ma garde. Sans lui laisser le temps de se remettre de notre affrontement, je tente d’en apprendre un maximum. Selon elle, son sac ne contient rien de particulier. Je ne la crois pas. Son sac a disparu, ce n’est pas anodin. Alors que je réfléchis à la suite des événements, je note un changement subtil dans son comportement. Mon calme demeure, mais mon attention grimpe encore d’un niveau. Ma réaction à ses cris ne tarde pas. Mes doigts se referment autour de sa gorge avec force pour l’empêcher de continuer à hurler de la sorte.

Allons... Tu penses vraiment qu’on va venir à ton secours ? Le bruit de la détonation a porté suffisamment loin pour mettre en garde quiconque aurait la stupidité de venir voir ce qui se passe.

Je murmure à son oreille tout en veillant à ce qu’il ne lui prenne pas l’envie de me coller un coup de tête. J’appuie un peu plus fermement sur son cou avant de me redresser. Dans mes veines, ma rage s’oppose à ma morale. Pas évident de résister à mon envie de la tuer dans de telles conditions. J’opte pour un compromis qui me semble acceptable.

Reprenons... Tu prétends que ton sac ne contient que de vulgaires effets personnels, je ne te crois pas. Mentir n’est pas la chose la plus intelligente à faire. Qu’importe, ta mort fera sortir ta sœur de son trou. Je n’aurais plus qu’à attendre pour la neutraliser à son tour. Je n’ai pas besoin de son nom, il suffira d’observer ce qui se passe.

D’une façon ou d’une autre, la frangine se trahira. Ils se trahissent tous de toute façon. La chasse est ouverte, elle ne va pas se refermer de sitôt. Mon geste est net, précis, implacable aussi. Le craquement sinistre se répercute en écho autour de nous. Un coup m’a suffit à briser le genou gauche de Shenandoah. Voilà qui va la bloquer ici de façon efficace.

Laisse-moi t’expliquer une chose. Tu t’es jouée de mon esprit une fois, celle de trop. Par ta faute, j’ai tué une jeune femme qui ne m’avait rien fait. Bon, c’était une sorcière. Je suppose que c’est ta façon de te débarrasser de tes ennemis. -Jules Damage, sorcière de son état, pas forcément blanche de toute façon- L’autre, perso, sa mort ne me fait ni chaud ni froid. Hors de question que tu fasses de moi ton bras armé comme tu l’as fait à Billings. Dommage pour toi, tu aurais dû te renseigner sur moi avant de me prendre pour cible. J’ai tendance à être chatouilleuse quand on vient foutre le bordel dans ma vie.

Et encore, c’est un euphémisme. Mon sixième sens -pour peu que ça existe ce truc- tire le signal d’alarme avec insistance. Je capte quelque chose du regard sans parvenir à savoir ce que cela peut bien être. Pas le temps d’ajuster mon tir -de toute façon, je suis plus efficace en tir instinctif- que le sol se dérobe sous mes pieds. Et que je fasse un vol plané qui ne laisse pas le moindre doute planer quant à la nature de mon agresseur, un surnat. Je heurte quelque chose qui stoppe immédiatement ma chute, me laissant sonnée. Bordel, d’où ça sortait ce truc !?





Retour à mes origines, à celle que je suis, qu'importe ce qu'il adviendra...
mais plus jamais, je ne serai seule.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Les ennemis de mes ennemis... [Aya]   Jeu 27 Aoû - 11:13

Mes promenades nocturnes m’amènent parfois une surprise à laquelle je ne m’attendais pas le moins du monde. Un agneau succulent, une vieille connaissance, un combat, peu importe la nature de cette surprise, certaines méritent d’être vécues tout simplement. Depuis ma prise de pouvoir, j’ai été pas mal occupé. Au point de ne même pas prendre le temps de m’accorder un moment plaisant sans la moindre contrainte diplomatique. C’est la raison qui m’a poussé à ne pas ouvrir l’Herborius ce soir. En journée, la mortelle que j’ai engagée convient parfaitement. Sauf qu’elle doit partir dans quelques jours. C’est dommage, elle n’était pas assez curieuse pour poser des questions déplacées. Qu’importe, je trouverai bien par quoi la remplacer sans peine. Je me suis laissé guider par mon instinct. C’est ainsi que je me suis retrouvé en périphérie de la ville. Marchant le long de la route, sachant que la neige et le verglas ne me dérangent en rien, j’ai fini par tomber sur une voiture abandonnée. Approchant pour voir si quelqu’un se trouvait à l’intérieur, j’ai perçu deux odeurs différentes, l’une inconnue appartenant à une femme, l’autre étant celle de cette maudite chasseresse qui a foutu un sacré bordel à Billings. Le moins que je puisse dire, c’est qu’elle a une façon toute personnelle de régler les conflits. L’une de mes sources présente le jour de la manifestation m’a ramené un film sur lequel on peut la voir abattre deux personnes de sang froid. Ce qui est tout de même assez surprenant puisque cette demoiselle a tendance à ne fréquenter que des loups. Hors, il est connu de tous que ce cher Cornick a interdit de s’en prendre aux humains. Pour être franc, je pensais que le gentil toutou amérindien avait mis fin à la vie de cette mortelle. Intrigué par son retour en ville, je ne résiste pas vraiment longtemps à suivre sa piste. Intérieurement, je me félicite d'avoir opté pour la tenue adéquate pour chasser : rangers, bas de treillis et tee-shirt noirs ainsi que mon long manteau de cuir.

Elle n’a pas été bien loin. Ah non, elles. Deux mortelles dont l’une semble se trouver en fâcheuse posture. C’est d’ailleurs elle qui retient mon attention. Enfin son sac plutôt d’où émane une odeur étrange que je ne tarde pas à identifier. Des plantes utilisées par les sorcières. Maudite engeance que ces femmes ! Sauf, qu’à bien observer celle qui se fait appeler Shenandoah, je note qu’il n’émane aucune magie d’elle. Cela, la chasseresse l’ignore. Ce qui explique certainement qu’elle demeure persuadée que l’autre est une Noire. Celle qui semble avoir fait d’Aspen son terrain de jeux récemment d’ailleurs. Je m’installe confortablement pour suivre les échanges assez vifs entre les deux femmes. Ce qui dénote, c’est la confusion de la chasseresse. Si elle confond Shenandoah et la Noire, il n’y a qu’une seule explication possible. Enfin deux pour être honnête. Soit celle qui se trouve là dispose de la capacité de dissimuler sa magie dans son intégralité, chose presque impossible envers les surnats, soit la confusion est réelle et nous sommes en présence de, non pas une, mais bien deux sorcières se ressemblant comme deux gouttes d’eau, l’une servant de réservoir, l’autre de bras armé. Je ne bouge pas d’un iota quand la jeune sorcière se fait la malle. L’odeur du sang se répand dans l’air, m’apprenant une chose surprenante concernant Aya.

J’attends que les deux humaines aient disparu dans la nuit pour approcher et subtiliser le sac de Shenandoah. J’ignore ce qu’il contient, mais je ne peux envisager le laisser entre les mains de la chasseresse. Je me réinstalle à peine que revoilà mes deux distractions nocturnes. Je réprime un grognement sourd quand l’odeur de l’argent sature l’air. Maudite garce ! Ses balles sont en argent. Elle se sait observée. Bien, il est temps que cette mortelle apprenne quelle est sa place dans la chaîne alimentaire. Et si possible pas sans perdre trop de temps vu qu’elle vient de briser le genou de Shenandoah. Si je tiens à en savoir plus sur la jeune sorcière, il me faut agir sans tarder. La chasseresse se retrouve propulsée dans les airs, vulgaire fétu de paille en comparaison de ma force, allant s’écraser à bonne distance, en contrebas. Je la suis dans sa chute, pas décidé à lui permettre de revenir au contact. Elle touche à peine le sol que je l’envoie valser contre un arbre. Puis un autre avant de la faire chuter encore plus bas dans le ravin. Mais, c’est que cette garce me tire dessus ! Plus question de rigoler cette fois. Je fonds sur elle en un bond, avant de déboîter son épaule droite. Voilà qui devrait la calmer. L’immobiliser est facile. Je viens humer son odeur avant de murmurer quelques mots à l’oreille de la chasseresse.

--On ne touche pas à ce qui m’appartient.

Mes crocs s’enfoncent dans sa gorge un court instant. Pas pour me nourrir, j’ai bien plus important à faire. Mais bien pour apprendre à cette mortelle quelle est sa véritable place. Voilà qui devrait suffire à m’en débarrasser provisoirement. Une autre balle siffle à mes oreilles alors que je remonte. Pour un peu, j’irais l’achever. Mais j’ai un autre projet pour cette garce, un projet bien plus vicieux que la mort. En quelques secondes, je me retrouve là où j’ai abandonné Shenandoah. J’approche de la blessée, m’accroupissant pour me porter à sa hauteur. Pas mal secouée au passage et n’ayant visiblement pas compris la raison de mon intervention.

--N’ayez crainte, douce enfant. Je vais vous ramener en ville afin que vous puissiez être prise en charge par un médecin compétent. Permettez que je me présente, Sergej Berchov.

Sans demander son avis à Shenandoah, je la soulève de terre, veillant juste à ce qu’elle ne hurle pas sous la douleur. On ne sait jamais, si l’autre furie réalise que quelqu’un lui vole sa proie, elle est capable de tirer à vue. Je m’éloigne, récupérant son sac au passage, avant de m’enfoncer dans la nuit. Direction les urgences d’Aspen où je sais pouvoir croiser mon délicieux agneau farouchement protégée par les Cornick selon ses dires, Eleonore.

--J’ignore ce que vous avez fait pour contrarier les loups de la sorte, ma chère, mais cette Aya Cross travaille pour eux. Si je n’étais pas intervenu, elle vous aurait tuée sans la moindre hésitation. Ce ne serait malheureusement pas la première fois qu’elle se permet une telle chose avec la bénédiction de Cornick.

Je vous vois d’ici hurler au scandale, au mensonge d’état ! Et alors ? Je suis encore libre de dire ce que bon me semble, et surtout ce qui arrange mes affaires. Ma main gauche glisse dans le dos de la blessée avant que mes doigts n’appuient sur un point précis qui va lui permettre de se détendre un peu. Voir même de somnoler le temps de notre trajet. Ce qui va me permettre de rester attentif à une poursuite éventuelle de la chasseresse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Les ennemis de mes ennemis... [Aya]   Mer 2 Sep - 3:04

La réponse à la question de la diablesse des bois, à savoir si le sac contenait quelque chose d’important, n’avait pas l’air de la convaincre. Que pouvait-elle y faire si même en disant la vérité, on ne la croyait pas ? D’ailleurs, elle n’avait aucune idée du pourquoi on pourrait lui voler son sac à part pour l’argent qu’il contenait. Qui voudrait d’un album photo et de pétales de fleurs ? Elle se mit à appeler à l’aide, mais fut bien trop vite interrompue par des mains sur sa gorge. Elle étouffait, et se débattit du mieux possible, mais sans plus de résultat que durant leur précédente bagarre. Elle griffait l’autre, essayant de lui faire ouvrir les mains, jusqu’à ce que le manque d’air finisse par brouiller sa vue. Elle arrêta de se débattre, plus par manque de force que par la volonté d’arrêter le combat.

Elle tenta de reprendre une respiration normale alors que l’autre lui exposait son plan. C’était simple, elle allait la tuer. Mais cela faisait déjà quelques minutes qu’elle l’en menaçait, sans tenir parole, ce qui laissait présager de nouvelles tortures à venir. Elle pensait qu’elle mentait… Pourrait-elle réussir à la faire sortir de ses gonds, suffisamment pour obtenir une mort rapide ? Elle releva la tête pour regarder l’autre,

« Je ne… mens pas… » Parler était difficile, elle avait été stupide de croire qu’elle pouvait faire confiance à une étrangère, de penser que le monde était un endroit où la paix était possible. Peut-être sa sœur avait-elle raison, et seule la force et la peur pouvaient aider à survivre ici-bas. Sa mort ferait sans doute sortir Chelsea de sa cachette, c’était vrai. Aussi vrai qu’elle n’était pas sans défense, au contraire de Shenandoah. Et qu’elle serait très contrariée d’apprendre la mort de sa jumelle, ne fut-ce que pour la perte de sa réserve de pouvoir…

La brune, visiblement contrariée par sa réponse, lui asséna un coup qui vint briser son genou et la faire à nouveau hurler.  Elle serra les dents pour éviter de se remettre à pleurer et tenta de se taire, sous peine de se voir à nouveau étranglée. L’inconnue lui expliqua sa version des faits. Elle la croyait responsable des meurtres de Billings. Ou du moins elle l’accusait de l’avoir manipulé pour tuer. « Vous êtes folle. »  Mais dans son cœur elle savait que c’était Chelsea qui l’y avait poussé ; elle avait simplement espéré que sa sœur n’en était pas arrivée à ce niveau de dépravation, malgré ce qu’elle avait pu lire et ce que lui dictait son intuition.

Elle s’attendait à de nouveaux coups, quand quelque chose envoya la brune valser dans les airs, contre des arbres, et des rochers, aussi  aisément qu’une raquette de tennis envoie une balle contre un filet, jusqu’à l’nvoyer hors de la vue de la sorcière. Avait-t-il tué la folle ? Un nouveau coup de feu résonna dans la forêt, mais l’autre ne semblait pas s’en soucier. Apparemment ell n’était pas morte, et l’autre assez résistant pour ignorer une blessure par balle. Shenandoah avait du mal de comprendre que le coup n’arriverait pas, et se demandait ce que venait faire cet intrus à cet endroit et à cette heure de la nuit. C’était un homme de grande taille, vêtu d’un long manteau en cuir, et visiblement à l’aise dans les bois, au vu de sa démarche souple. Il venait de jouer au flipper humain avec autant de facilité que s’il se fut agit d’une vraie balle ; elle avait du mal à distinguer ses traits dans l’obscurité, mais sa voix était douce et agréable. Ce n’était pas Chelsea venue à la rescousse, mais c’était tout ce qu’elle pouvait espérer. Mieux encore, il lui proposait de la ramener à la civilisation et surtout à l’hôpital ! Il se présenta de manière très polie, ce qui était totalement en décalage avec la façon dont la femme l’avait traitée.  

A ces mots, toutes les blessures que lui avait infligées l’inconnue se firent sentir pleinement, alors qu’elle réalisait qu’elle ne mourrait pas ce soir. En effet si M. Berchov était visiblement très fort, il ne lui aurait pas proposé de la conduire à un médecin, si c’était pour la tuer. A moins bien sûr qu’il ne veuille son silence. Mais elle était certaine qu’il aurait pu l’assommer pour obtenir le même résultat bien plus rapidement et avec plus de facilité. Il la prit doucement dans ses bras, ce dont elle fut ravie, marcher jusqu’à Aspen aurait été au-delà du pénible, elle ne serait sans doute jamais arrivée à destination. Il s’arrêta pour reprendre son sac, avant de se remettre en route. C’était donc lui qui l’avait subtilisé. Ou bien, il avait fait peur à celui qui l’avait volé. Quoi qu’il en soit, elle était heureuse de récupérer ses affaires, et qu’il y ait pensé aussi. Elle allait avoir besoin de sa carte d’assurance pour l’hôpital, et d’une pièce d’identité si elle voulait porter plainte au bureau du shérif, ce qu’elle ne manquerait pas de faire une fois qu’un médecin aurait attesté de son passage à tabac… Cette idée l’aidait à supporter la douleur, sans adrénaline, c’était encore pire qu’avant, Shenandoah se découvrait des muscles qu’elle n’avait jamais connu auparavant, tous tordus ou meurtris, sans compter quelques os brisés.

Son sauveur lui donna alors le nom de la folle, ce qui l’aiderait dans son projet de dénoncer la brune. D’autant plus qu’elle avait avoué pour Billings. C’était elle la meurtrière des deux victimes de la manifestation. Il ne fallait pas qu’elle oublie de le mentionner. Puis le sens de la phrase de l’autre lui arriva au cerveau. Les loups d’Aspen lui en voulaient ? A elle ou à sa sœur ? Aux deux ? Elle était à peu près sûre de n’avoir vexé aucun garou à LA, mais ils restaient imprévisibles et avaient tendance à se méfier es sorcières, Dieu seul sait pourquoi. Elle serrait les dents pour ne pas faire de bruit, n’ayant aucune envie de voir l’autre suivre leurs traces et tirer dans le dos de son bienfaiteur. Il bougea sa main dans on dos, et sans qu’elle comprenne comment, une partie de la douleur disparut, et elle put se détendre. Elle soupira de contentement, elle aurait presque pu s'endormir bercée par les pas de l'homme. Comment il avait fait ça serait une question pour plus tard, mais elle lui en était reconnaissante.

« Merchi. Il y a beaucoup de loups à Aspen ? » Apparemment Cornick était un loup important. Il lui semblait avoir déjà entendu ce nom, mais elle ne savait plus où ni par qui. Sa mâchoire état douloureuse et elle était gelée, malgré sa veste en daim. Elle réalisa que l’autre n’était guère vêtu pour un hiver en montagne. « Vous n’avez pas froid ? » Bizarre comme question à poser à un surnat, mais après tout, ils avaient peut-être des réflexes humains…

Si c’était un Fae, elle venait de se mettre à son service, mais elle ne pouvait oublier cette dette de sang de toute façon. Elle lui devait la vie et cela méritait bien un remerciement, non ? Il marchait d’un pas sûr et ne semblait avoir aucune difficulté à voir dans la nuit. Elle lui enviait cette capacité, au moins quand elle avait eu accès à sa magie, les arbres et la terre lui avaient parlé, et elle trébuchait beaucoup moins que la moyenne dans l’obscurité. Mais depuis que sa sœur avait scellé sa magie, la vie était beaucoup plus difficile…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aya CrossLes Apparences sont parfois Autre
Voir le profil de l'utilisateur http://wildwide.forumactif.com/t1435-aya-cross-terminee http://wildwide.forumactif.com/t1442-aya-cross#57133


Solde : 5089

Age du personnage : 21 ans
Grande Révélation :
  • Neutre

Ton loup : Un loup venu d'ailleurs à qui je tiens sans savoir ni comment le lui dire, ni comment faire
Localisation : Aspen, Montana
Emploi/loisirs : Officiellement conseillère environnementale, officieusement au service d'Adam Hauptman
Humeur : Vous tenez vraiment à le savoir ?

Avatar : Barbara Palvin
Crédits : MySelf
Les Apparences sont parfois Autre

MessageSujet: Re: Les ennemis de mes ennemis... [Aya]   Mer 2 Sep - 11:03

© made by Islande



Shenandoah vs Aya

Les ennemis de mes ennemis...


C’est une belle nuit pour mourir finalement. Non, je ne suis pas suicidaire, simplement réaliste. Sans compter que tout le monde le sait, les chasseurs font rarement de vieux os sur cette fichue terre. Cela devait être écrit quelque part que mon chemin s’arrêterait ici et maintenant. Ce qui vient de m’attaquer est infiniment plus fort que je ne peux l’être. Et, il ne semble pas indisposer par le manque de visibilité non plus. Ses avantages sont trop conséquents pour que je parvienne à échapper à mon destin cette fois. En partie sonnée, suite à ma rencontre quelque peu brutale avec un arbre, il me faut de longues secondes pour réaliser que je suis toujours en vie. Un laps de temps beaucoup trop long au regard de mon adversaire qui est déjà sur moi. La seule bonne nouvelle, pour peu que cela en soit une, c’est que je n’ai pas lâché mon arme dans ma chute. Je peux encore lui donner du fil à retordre. Mais, pour cela, il aurait fallu qu’il ne m’inflige pas un nouveau vol plané. S’il ne me tue pas, je vais bien finir par me briser le cou contre un arbre. Je n’ai pas le temps de me remettre sur mes pieds qu’il recommence encore et encore. Quatre, cinq fois peut-être, je ne sais plus vraiment. Mes côtes me font mal. Possible que je m’en sois fêlée quelques-unes dans toute cette histoire. Mon instinct finit par prendre le relais. Mon tir est instinctif. Sauf que ça bouge à une vitesse telle que je ne peux suivre ses déplacements. En journée, je pense que j’aurais pu le faire, mais de nuit, c’est impossible tout simplement. La douleur me crucifie sur place. Pourtant, pas un son ne franchit la barrière de mes lèvres. Hors de question que je lui donne la satisfaction de m’entendre le supplier de me laisser la vie sauve. j’ai toujours su que je ne mourrais pas de vieillesse de toute façon. Mon bras droit est inutilisable. Si elle n’est pas cassée, mon épaule est tout de même déboîtée. Cela aurait pu être pire. J’aurais mieux fait de me taire. C’est quoi ce truc ? Un mâle, il n’y pas le moindre doute possible. Et excité par la situation en prime ! Si jamais il ose... je jure que je le tuerais de mes mains pour me venger. Mais non, ce crétin ne trouve rien de mieux que de me mordre. Et ça, ça fait un mal de chien.

--On ne touche pas à ce qui m’appartient.

C’est quoi son problème au juste ? La garce ! Je crois que je viens de faire connaissance avec le commanditaire de la Noire. Et, comme nous l’avions supposé avec Adam, c’est bien un surnat qui commande cette furie. Il faut que je reste en vie, que je prévienne qui de droit. Ce qui ne m’empêche pas de lui tirer dessus une nouvelle fois, arme à gauche. Je ne sais pas si je l’ai touché, mais personne ne revient. Péniblement, je m’assois contre un arbre pour tenter de reprendre mon souffle. Mon cou saigne, mais cela ne me semble pas dramatique, et encore moins vital. Il me faut de longues minutes avant de pouvoir me relever, certaine que je vais pouvoir me déplacer sans souci. Il me faut encore de longues minutes pour parvenir à revenir à mon point de départ. Sans surprise, l’endroit est vide. « Monsieur » a récupéré son bien avant de filer. Ce qui me fait me questionner sur sa nature d’ailleurs. Au jugé, j’aurais dit un vampire vu qu’il m’a mordu, mais le hic, c’est qu’il n’a pas bu mon sang. Ce qui, je dois bien l’avouer, est tout de même une excellente nouvelle. Je fais le tour de l’endroit, cherchant quelque chose qui pourrait me mettre sur la voie, mais il n’y a rien. En fait, c’est comme si rien ne s’était produit ici. Ce qui me file un frisson dans le dos. Pas le choix, il me faut rentrer, si possible en un seul morceau. Le retour à la maison ne va pas être joyeux. Mais, avant toute chose, mon épaule qu’il faut que je remette en place. Je serre les dents pour ne pas hurler sous la douleur. Avant de prendre la direction d’Aspen. Mon corps n’est plus que douleur. Je m’en moque, ce n’est pas la première fois que cela m’arrive. Finalement, ce n’était une bonne nuit pour mourir...




HRP:
 




Retour à mes origines, à celle que je suis, qu'importe ce qu'il adviendra...
mais plus jamais, je ne serai seule.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité

MessageSujet: Re: Les ennemis de mes ennemis... [Aya]   Mer 2 Sep - 11:19

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Les ennemis de mes ennemis... [Aya]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les ennemis de mes ennemis... [Aya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [FB] Les ennemis de mes ennemis... peuvent parfois ressembler à des amis [PV Red]
» Les amis de mes ennemis sont mes ennemis. (nériah)
» Haiti sur une liste de pays juges ennemis de Wasington
» Samuel "Sam" Fisher ♦ les amis peuvent être pire que les ennemis ♦
» *Des amis et des ennemis...* [Liens Hortense]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aspen Creek: The Wild Wide :: Les dernières notes de musique :: Les Copains d'Abord :: Sujets Pour les Curieux-
Les Tops Sites:


GENESIS | VELUSIA | ABYSSES | CHERRY | OBSESSION | TITOP | FILET DU DIABLE
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit